Panier
La Colline aux coquelicots

La Colline aux coquelicots

From Up on Poppy Hill (コクリコ坂から Kokurikozaka kara, From Coquelicot Hill) est le 18e film d’animation sorti au Japon par la Toho le 16 juillet 2011. Il a été réalisé par Goro Miyazaki, écrit par Hayao Miyazaki et produit par le Studio Ghibli.
Il est basé sur le manga sérialisé de 1980 du même nom illustré par Chizuru Takahashi et écrit par Tetsurō Sayama. Se déroulant à Yokohama, au Japon, en 1963, le film raconte l’histoire d’Umi Matsuzaki, une lycéenne qui vit dans la pension de sa grand-mère appelée « Coquelicot Manor ». Lorsque Umi rencontre Shun Kazama, un membre du club de journalisme de l’école, ils décident de nettoyer le clubhouse de l’école, Quartier Latin. Cependant, Tokumaru, le président du lycée local et homme d’affaires, a l’intention de démolir le bâtiment pour le réaménager et Umi et Shun, ainsi que Shirō Mizunuma, doivent le persuader de revenir sur sa décision.

La Colline aux coquelicots

Le slogan publicitaire de l’affiche théâtrale est « Marchons en regardant vers le haut ».

La première du film From Up on Poppy Hill a eu lieu le 16 juillet 2011 au Japon. Il a reçu des critiques positives de la plupart des critiques de cinéma et a rapporté 61 millions de dollars dans le monde. Une version anglaise a été distribuée par GKIDS ; elle est sortie en salles le 15 mars 2013 en Amérique du Nord.

Ce film marque le premier projet commun entre Goro et son père. Il s’agit également du deuxième film de Goro en tant que réalisateur, après son film Tales from Earthsea de 2006, et met en vedette les voix de Masami Nagasawa, Junichi Okada, Keiko Takeshita, Yuriko Ishida, Jun Fubuki, Takashi Naito, Shunsuke Kazama, Nao Ōmori et Teruyuki Kagawa.

Poppy Hill – 300 Days of War Between Father and Son, une émission télévisée spéciale documentant la production controversée du film a été diffusée sur NHK General TV le 9 août 2011.

Vue d’ensemble

Le premier numéro du manga From Up on Poppy Hill publié en série dans Nakayoshi, un magazine shoujo manga édité par Kodansha

Coquelicot est le mot français pour Coquelicots. L’auteur du manga original, Tetsuro Sayama, qui était à l’origine un poète, se serait inspiré du tanka (forme japonaise de poésie) de Yosano Akiko :

« Oh, ma beauté, mai, ici en France. Le champ est un coquelicot qui brille de la couleur du feu à perte de vue. »
「ああ皐月仏蘭西の野は火の色す君も雛罌粟(コクリコ)われも雛罌粟(コクリコ)」

Le couplet est tiré du recueil de chansons De l’été à l’automne. En outre, les arrière-plans des paysages urbains de la seconde moitié du film sont inspirés de Yokohama.

Le manga original a été publié en série dans le magazine Nakayoshi de Kodansha de janvier à août 1980, totalisant huit chapitres. Il a été publié en deux volumes par le même éditeur. En 2010, Kadokawa Shoten a publié une nouvelle édition, et en 2011, la société a publié une édition de poche.

Intrigue

En route pour l’école le matin

« Regarde ce qu’il y a dans le journal de l’école. Il y a un poème sur toi.
Qui d’autre agite les drapeaux tous les matins ?
Belle fille, pourquoi envoies-tu tes pensées vers le ciel ?
Le vent les emporte dans les airs pour se mêler aux corbeaux.
Parés de bleu, vos drapeaux flottent à nouveau aujourd’hui.
Tu vois ? Cela doit être à propos de toi. »
« Je suppose. »
-Umi réagissant au poème de Shun sur elle

Umi Matsuzaki levant des drapeaux de signalisation en souvenir de son père.

L’histoire se déroule au Japon en 1963. En vue des Jeux olympiques d’été de 1964 qui se tiendront à Tokyo, les gens détruisent les vestiges du passé car ils ne croient qu’en la magnificence du nouveau.

Une jeune fille de 16 ans, Umi Matsuzaki, vit dans la pension de famille de sa grand-mère, appelée « Manoir Coquelicot », qui est située sur la colline surplombant le port de Yohohama. Le père d’Umi est décédé et sa mère étudie en Amérique. Elle aide donc à faire le ménage et la cuisine pour les pensionnaires et s’occupe de sa sœur et de son frère. Dans la ville de Yohohama, plutôt que d’indiquer la saison en fonction des fleurs qui éclosent, on peut dire à quelle époque de l’année on se trouve grâce aux bateaux qui passent dans le port. Chaque matin, elle hisse un ensemble de drapeaux de signalisation avec le message « Je prie pour des voyages sûrs ». Un garçon de 17 ans, Shun, voit toujours ce drapeau depuis la mer lorsqu’il se rend à l’école en remorqueur et y répond, mais Umi ne le sait pas. Parmi les pensionnaires, on compte Mlle Sahurah, Miki un médecin et Sashiko un artiste.

Grande agitation

« Certaines des filles ont même créé un fan club. »
« C’est quoi son nom ? »
« Shun Kazama. C’est une vraie pile électrique. »
-Umi et ses amies discutant de Shun

(Shun rencontre Umi d'une manière très dramatique.)

Pendant ce temps, à l’Académie Konan, le lycée d’Umi et de Shun, un conflit est soulevé au sujet du sort du club house de l’ancienne école appelé Quartier Latin. Alors que l’administration de l’école ainsi que de nombreux élèves veulent démolir le vieux bâtiment délabré, un groupe d’élèves dont Shun se bat pour le préserver. En signe de protestation, Shun saute du toit et se jette dans l’eau. Umi se précipite pour l’aider, mais elle se rend compte que c’est pour attirer l’attention et prendre des photos et le laisse retomber dans l’eau. En arrivant chez elle, Umi va voir sa grand-mère qui lui dit à quel point elle apprécie son travail, même si elle a une femme de ménage. Elle lui dit aussi qu’elle sait combien son père lui manque et pourquoi elle hisse les drapeaux tous les jours. Avant d’aller préparer le dîner et de retirer les drapeaux, la grand-mère d’Umi lui dit qu’elle espère qu’elle trouvera quelqu’un et qu’elle n’aura peut-être plus besoin de hisser les drapeaux. Tout en préparant le dîner, Sora raconte aux pensionnaires les événements de la journée et la création d’un fan club. Le lendemain, Sora, la jeune sœur d’Umi, lui demande de l’emmener au Quartier latin. Umi refuse d’abord, mais après avoir été suppliée par Sora, elle accepte. Elles s’aventurent dans l’ancien clubhouse à la recherche du bureau du journal de l’école. Elles découvrent les nombreux clubs d’étudiants, tels que le club d’archéologie, le club de littérature, le club de chimie et bien d’autres encore. Le club house est une porcherie, avec des sols, des murs, des cordes à linge et même une poulie à seaux en désordre.

Shun donne à Umi un tour sur son vélo

Au bureau du journal étudiant, Umi et Shun se rencontrent comme il se doit et Sora lui demande un autographe. Umi commence alors à l’aider, lui et ses camarades, dans leurs efforts pour empêcher la démolition du clubhouse. Malheureusement, elle reste très tard et doit se dépêcher de rentrer chez elle. Une fois arrivée à la maison, elle prépare le riz et demande à Sashiko de l’aider à couper quelques légumes. Lorsqu’elle voit qu’il n’y a plus de porc, elle demande à Riku puis à Sora d’en acheter un demi-kilo au village situé en bas de la colline, Tomoko Naraoka ayant oublié d’en racheter après qu’Umi ait terminé son stock. Comme ils refusent tous les deux, Umi enfile ses vêtements décontractés et part elle-même. Avant de partir, elle dit à Sashiko de commencer à préparer le riz dans dix minutes. Après avoir quitté la maison, Umi croise Shun, qui lui propose de l’emmener au magasin avec son vélo. Shun remarque que les remorqueurs du port répondent aux drapeaux qu’Umi lève chaque matin. Une fois qu’Umi a acheté le porc, Shun lui donne un de ses en-cas (qui ressemble à une galette de pommes de terre) et elle le déguste en rentrant chez elle.

Un jour plus tard, quand Umi va voir Sashiko, elle remarque son œuvre d’art et désigne le bateau dans la peinture. Elle dit à Umi qu’elle voit le bateau passer depuis sa fenêtre et lui dit que le bateau répond peut-être à ses drapeaux. Cela étonne Umi. Après que Sashiko se soit levée, Umi se dépêche d’aller à l’école et arrive à l’heure. En arrivant, elle apprend par Shun que le conseil d’administration de l’école déclare que le remplacement de l’ancien pavillon est une nécessité historique, et que 50 % des élèves souhaitent la reconstruction. Les élèves organisent un débat, certains sont consternés et pensent qu’il s’agit de la tyrannie de la majorité, et que le culte de la modernité risque de perdre le passé, tandis que d’autres veulent que le bâtiment soit démoli car c’est une épave. Pendant le débat, le directeur et les membres de la faculté enquêtent sur l’agitation, et pour se couvrir, tous les élèves se mettent à chanter pour éviter les punitions. En rentrant chez elle, Umi suggère de nettoyer le bâtiment pour lui redonner sa gloire d’antan. Cela pourrait suffire à convaincre le conseil d’administration de l’école de ne pas détruire le clubhouse.

Premier amour

« Je suis amoureuse de toi, Shun. »
« Umi… »
« Même si on est parents, même si tu es mon frère… mes sentiments ne changeront jamais. »
« Je ressens la même chose pour toi. »
-Umi déclarant son amour à Shun

(Shun et Shiro Mizunuma réfléchissent à un moyen de sauver le Quartier Latin).

Peu à peu, Umi et Shun sont attirés l’un vers l’autre. Lors de la fête d’adieu de Miki, Umi explique que sa mère, une professeure accomplie, s’est enfuie avec un marin lorsqu’elle était plus jeune, après que ses parents aient désapprouvé leur union. Le père d’Umi lui a ensuite appris à hisser les pavillons de signalisation pour l’aider à retrouver son chemin. Un jour, son bateau a été coulé par une mine pendant la guerre de Corée et son corps n’a jamais été retrouvé. Cependant, Umi n’a jamais cessé de hisser les drapeaux de son père, même après avoir déménagé au Manoir Coliquet. Son grand-père a même construit un nouveau mât pour elle afin qu’elle puisse continuer cette tradition. Umi montre ensuite une photographie de son père, un homme que Shun reconnaît comme étant Yūichirō Sawamura. Après être rentré chez lui, il trouve la même photo qui lui a été donnée et Shun confronte alors son père sur l’identité de Yūichirō, et s’il était ou non son vrai père. Le père de Shun réaffirme qu’il est son vrai fils, et que Yūichirō les avait juste aidés pendant la guerre et il dit que sa femme ne pouvait pas garder Shun, alors le père et la mère adoptifs de Shun l’ont pris en charge d’autant plus qu’ils ont eux-mêmes perdu un enfant.

Finalement, de nombreux élèves acceptent de réparer et de nettoyer le pavillon et travaillent ensemble pendant des semaines. Un obstacle soudain apparaît : Shun réalise qu’ils pourraient être frère et soeur. Pour cette raison, Shun commence à éviter Umi à l’école et refuse de la regarder en face. Umi se sent très mal à l’aise à cause de cet évitement et finit par se confronter à Shun, lui demandant pourquoi il l’évite. Shun lui montre la photographie qu’il a, et confirme qu’ils sont frère et sœur. Il lui dit qu’ils devraient cesser d’avoir des sentiments, quels qu’ils soient. Umi parvient à cacher ses sentiments pour Shun, à sa grande déception, et ils restent amis. Umi est déprimée et n’arrive pas à faire les choses correctement ce soir-là. Le lendemain matin, elle essaie de reprendre sa routine mais est toujours un peu triste. Cependant, Umi et Shun recommencent à se parler tout en gardant leur amitié l’un pour l’autre. Umi obtient finalement l’aide de plusieurs propriétaires de magasins et beaucoup d’enfants croient qu’Umi est leur déesse de la chance. Le journal de l’école parle de l’avancement des travaux de rénovation, ce qui rend le projet plus populaire que jamais. Désormais, 90 % des élèves soutiennent la sauvegarde du bâtiment.

Stand United

« Mes amis, vous m’avez montré la vraie valeur du Quartier Latin. Comment pouvons-nous éduquer les jeunes sans protéger notre culture ? Je vais juste trouver un autre site pour le nouveau bâtiment. »
« D’accord ! »
« Umi, tu as réussi. »
« Nous l’avons tous fait. »
-Le président du conseil d’administration de l’école après avoir vu le Quartier Latin nouvellement restauré.

(Umi, Shiro et Shun se rendent à Tokyo pour empêcher la démolition du pavillon).

Enfin, après des semaines de travail acharné, le bâtiment est terminé. Malheureusement, leur joie est de courte durée car Shiro révèle que le bâtiment va être démoli pendant l’été par un homme d’affaires qui prévoit d’y construire un nouveau bâtiment. Shiro explique qu’il a essayé de parler au directeur mais qu’on lui a dit que l’affaire n’était pas de son ressort. Shun décide qu’ils doivent aller voir le président directement, mais seulement si Umi les accompagne. Le lendemain, Umi, Shun et Shiro se rendent à Tokyo pour rencontrer le président du conseil d’administration de l’école. Lorsqu’ils arrivent, deux personnes leur disent qu’ils auraient dû prendre rendez-vous. Alors qu’ils finissent par attendre un long moment, le président accepte de les voir et ils le persuadent de reporter la démolition du Quartier Latin jusqu’à son inspection, il accepte surtout après qu’Umi ait expliqué comment le bâtiment permet à tout le monde de rester connecté et la mort de son père. Avant de rentrer chez elle, Umi avoue à Shun qu’elle l’aime même s’ils sont parents et il lui rend son affection. En arrivant chez elle, Umi découvre que sa mère est rentrée, ce qui la réjouit. Plus tard dans la soirée, Umi parle de Shun à sa mère et lui demande s’il est vraiment son frère, car il ressemble à son père et la mairie a confirmé qu’il était de sa famille. Sa mère met les choses au clair et dit que le père de Shun, avait été tué dans un accident sur un bateau de rapatriement et que sa mère était morte de complications à la naissance. Yūichirō a alors enregistré Shun comme son fils pour qu’il puisse éviter d’être placé dans un orphelinat. Alors que la mère d’Umi se sentait effectivement mal pour Shun, elle ne pouvait pas le garder car elle était déjà enceinte d’Umi mais une autre famille qui venait de perdre elle-même un enfant a accueilli Shun. Umi est à la fois heureuse et triste de pouvoir enfin tourner la page sur cette situation et pleure dans les bras de sa mère. Les étudiants accueillent chaleureusement le président et lui font découvrir les différents clubs et étudiants, puis chantent tous ensemble. Emerveillé par la restauration des bâtiments par les étudiants, le président annule la démolition du Quartier Latin.

(Shun et Umi se précipitent vers le port)

Au milieu de tout cela, Umi et Shun ont la chance d’apprendre la vérité sur leur relation. Hiroshi Tachibana est le père de Shun et le père d’Umi était très ami avec lui, c’est pourquoi le père d’Umi a pris Shun en charge. On leur dit alors qu’un vieux capitaine de la marine, Yoshio Onodera, un ami de leurs pères, se trouve actuellement à Yokohama. Mais son bateau part bientôt, alors Umi et Shun se précipitent au port, montent à bord du remorqueur et naviguent jusqu’à lui.

La course vers un nouveau jour

« Alors tu es le fils de Tachibana. Et tu dois être la fille de Sawamura. Tous deux sont de beaux jeunes gens. C’est Shun, c’est ça ? Ton père était Hiroshi Tachibana. Premier rang, quatrième en partant de la droite. Tu peux voir Sawamura à côté de lui. Nous étions tous les trois des amis proches. »
-Yoshio Onodera

(Umi et Shun apprennent enfin la vérité et trouvent une issue).

Ils sont arrivés à temps, et le vieux marin leur révèle une vérité, à savoir qu’Umi et Shun n’ont aucun lien de sang après tout, ce qui signifie qu’ils sont libres d’être ensemble. Yoshio explique qu’il avait été un ami proche de Yūichirō et Hiroshi, et qu’il était parti en mer quand ils ont été tués.

Enfin, Umi et Shun apprennent toute la véritable histoire de la rencontre, de l’amour et de la vie de leurs parents. Tout étant résolu, Umi retourne au manoir de Coquelicot. Elle reprend sa routine quotidienne de lever les drapeaux, mais maintenant, ce n’est pas seulement pour son père.

Fondements historiques

(Photo d'archives américaines d'un porte-avions à Hungham Beach en Corée du Nord en décembre 1950. Le père d'Umi était à bord d'un transport maritime Landing Ship, Tank (LST) avant d'être tragiquement tué par une mine).

Dans le film, le père d’Umi a été tué lorsque son navire de ravitaillement a été coulé par des mines pendant la guerre de Corée, et le père biologique de Shun est mort à bord d’un navire de rapatriement après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Après la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, le commandant suprême des puissances alliées (SCAP) a pris le contrôle de la marine marchande japonaise pour ramener les rapatriés dans leur pays. Au début de la guerre de Corée, ces navires, ainsi que leurs équipages japonais, ont été mis à contribution par l’armée américaine pour transporter des forces et des fournitures en Corée. Les navires japonais ont joué un rôle important lors des débarquements d’Incheon et de Wonsan. La société de transport maritime Tozai Kisen était l’une des plus importantes entreprises impliquées, concluant « un accord avec le Japan Logistical Command (JLC) de l’armée américaine pour fournir 122 petits navires et environ 1 300 membres d’équipage pour le transport et le débarquement ».

Selon les estimations, 56 marins et ouvriers japonais ont été tués dans la zone de la guerre de Corée au cours des seuls six premiers mois de la guerre ; 23 de ces décès sont survenus lorsque des navires affrétés par des Japonais ont été coulés par des mines. Les estimations officielles du nombre total de Japonais tués pendant la guerre de Corée n’ont jamais été publiées, et les gouvernements américain et japonais n’ont jamais reconnu officiellement le rôle des non-combattants japonais dans la guerre de Corée.

Les années 1960 ont vu une augmentation croissante de l’activisme étudiant et des révoltes sur les campus au Japon ainsi que dans d’autres parties du monde.

Dans les coulisses

Origines

(Le chalet de montagne du père de Hayao Miyazaki. Il fréquentait souvent ce lieu après avoir terminé un film).

Des décennies avant l’annonce de la production du film, la nièce et le neveu de Hayao Miyazaki ont visité le chalet de montagne de la famille Miyazaki et ont apporté un magazine shojo manga. Miyazaki a aimé lire le magazine et a envisagé d’adapter le manga de From Up on Poppy Hill de Chizuru Takahashi et Tetsurō Sayama. Les réalisateurs Mamoru Oshii et Hideaki Anno, qui étaient avec Miyazaki à la cabane, ont alors entamé un débat animé pour savoir si le genre shojo serait un bon point de départ pour adapter des films.

Gorô Miyazaki découvrira plus tard le manga de From Up on Poppy Hill dans le chalet de son grand-père, alors qu’il était écolier. Pendant de nombreuses années, ce projet a été mis en veilleuse, car tout le monde supposait que le manga était inadapté à l’animation. Finalement, en 1995, le studio Ghibli a produit Whisper of the Heart et a prouvé qu’il était possible d’adapter ce type d’histoires.

(Les storyboards achevés de Goro Miyazaki).

L’idée d’adapter From Up on Poppy Hill sera reprise plus tard lors de la production de The Secret World of Arrietty. Hayao Miyazaki explique le choix d’adapter ce manga : « La colline aux coquelicots s’intéresse au cœur des gens. Les filles et les garçons de l’œuvre sont purs et droits. Ils n’oublient pas leurs rêves et ne manquent pas de respect au sexe opposé. Quelle que soit leur situation à leur naissance, ils vivent avec leurs forces et grâce à eux-mêmes. C’est le genre de film que je voulais faire ».

La différence notable entre le manga et le film est que l’action dans le manga se déroule dans les années 1980 ; Le film se déroule en 1963, juste avant la révolution étudiante. L’une des volontés affichées de l’adaptation serait donc de jouer la carte de la nostalgie et de dépeindre fidèlement le Japon des années 1960, c’est-à-dire en pleine croissance économique et sur le point d’accueillir les premiers Jeux olympiques à Tokyo. Ce changement notable est sans doute plus le choix du père que celui du fils, trop jeune pour avoir connu cette époque.

En décembre 2010, pour couper court aux rumeurs persistantes d’une suite à Porco Rosso, le producteur Toshio Suzuki a publié le « Plan quinquennal Ghibli » où ils prévoient de produire trois films contenant des thèmes de l’ère Shôwa (1926 – 1989). Le premier est Le Monde secret d’Arrietty (bien qu’il se déroule dans les années 2000), le deuxième est From Up on Poppy Hill et le troisième sera finalement connu sous le nom de The Wind Rises.

Planification

« Le fait de l’avoir comme père m’a mis la pression. Les gens disaient toujours : « Oh, tu es le fils de M. Miyazaki. » C’était comme s’ils regardaient au-delà de moi, vers mon père. Je détestais vraiment ça. »
-Goro Miyazaki

(La tension monte au Studio Ghibli après que Hayao Miyazaki ait demandé à l'équipe de Goro de retirer les premières esquisses de personnages du film en disant : " On dirait qu'ils pensent tous les deux à des personnes mortes. ")

Comme pour les autres films Ghibli, le film est une coproduction avec le Studio Ghibli, Nippon Television Network, Dentsū, Hakuhōdō DY Media Partners, Walt Disney Japan, Mitsubishi Corporation et Tōhō.

La production a commencé en juillet 2010, moins d’un an avant la sortie en salles prévue du film. Le travail de collaboration entre Hayao et Gorô est souvent tendu. Ainsi, fin juillet, le père s’inquiète de la caractérisation du personnage d’Umi Matsuzaki, qu’il trouve trop sombre, terne et sans âme. Au cours d’une réunion, l’aîné des Miyazaki demande à l’un des employés de Goro de noter les premières esquisses des personnages principaux. Après avoir confronté Goro à ce sujet, il déclare : « Je ne suggérerai pas de changer les storyboards, donc… Ces images que j’avais retirées étaient vraiment inquiétantes. A quoi servent des dessins sans esprit ? ». Lorsqu’il est pressé par le documentariste de la NHK qui l’accompagne, Hayao ajoute : « (Goro) n’a pas encore défini sa vision. Dessiner des images sans vie ne suffira pas. »

(Toshio Suzuki regarde un premier aperçu des story-boards du film et s'inquiète du manque de caractère).

Hayao travaille avec le character designer Katsuya Kondō et avec Toshio Suzuki pour qu’ils persuadent Gorô de modifier sa personnalité. Inquiet de l’influence croissante de son père sur le film, Gorô déclare : « Même s’il me dit quoi faire. Si je fais ce qu’il dit… Eh bien… C’est une façon de faire. Mais je ne veux pas le faire de cette façon. »

Suzuki reçoit les premiers story-boards de l’ouverture du film. Ses premières pensées sont celles de l’inquiétude : « Est-ce que ça va marcher comme film ? C’est ce qui m’inquiète. L’héroïne a-t-elle l’air d’une héroïne ? Le protagoniste en a-t-il l’air ? Je regarde les points clés et je me demande si ça va marcher. » Finalement, le fils accepte les différentes remarques grâce à l’intervention régulière du producteur Suzuki, véritable médiateur entre les deux hommes. « Ça a été un choc, qu’on me le dise aussi crûment. Mais il a raison. Et je le savais aussi. C’est bien qu’il me le dise maintenant. La vérité, c’est que je n’aime pas ça. Il y a eu beaucoup de luttes. Je suis bien. Je peux changer de vitesse rapidement, » remarque Goro.

(Goro s'allonge sur le sol et réfléchit à ce qu'il va faire, puis il est inspiré par une image d'Umi marchant d'un bon pas vers l'école).

Après coup, Hayao se dit : « Je crois… Goro ne comprend pas. C’est normal qu’il arrête de réaliser. Je pense qu’il devrait. Il n’est pas fait pour ça. « Vouloir » faire quelque chose ne veut pas dire « pouvoir ». Réaliser n’est pas un travail facile. Vous devez vous pousser jusqu’à ce que votre nez se mette à saigner. Et voir ce que vous créez. La plupart des gens ne peuvent pas le faire. » Malgré ces revers, Goro n’abandonne pas. Il organise des réunions et décide de prendre à cœur les suggestions de son père. Hayao dira plus tard : « Je ne veux pas interférer. Je veux juste qu’il tire parti de ma sagesse. S’il a changé, je suis content. C’est tout bon. »

En effet, afin d’ajouter une note de réalisme dans la façon dont les personnages s’expriment, il explique avoir regardé des médias de l’ère Showa comme Blue Mountain Range (青い山脈 , Aoi sanmyaku), Disappearing in the Rain (の雨の中に消え , No Ame no Naka ni Kie, avec Chieko Matsubara et Kazuo Funaki). Dans ces films, les personnages se parlent franchement, rapidement et surtout expriment directement leurs sentiments. C’est ainsi que se comporte Umi, qui ne fuit pas ses sentiments, même négatifs.

(Goro travaille fébrilement pour terminer ses story-boards révisés, en tenant compte des suggestions de son père et de Toshio Suzuki).

De même, Suzuki et Hayao Miyazaki suggèrent un peu plus tard, en août, d’ajouter à la scène d’ouverture du film des éléments représentant la vie quotidienne chez Umi. Miyazaki demande : « Pourquoi ne pas changer, plier et aussi placer proprement son pyjama ? » Suzuki convoque une réunion et suggère ces éléments à Goro. « S’il te plaît, ajoute cette scène. Où elle se réveille, et plie son futon. » à quoi Goro répond, « Elle ne le plie pas. Sa soeur est endormie. ». Suzuki dit alors : « Comme c’est le cas, elle ne fait que descendre les escaliers. Il faut quelque chose de plus. La scène du début serait efficace. » Goro considère silencieusement cette idée.

Plusieurs jours plus tard, Goro présente ses storyboards révisés à Katsuya Kondō et aux autres membres du personnel. Les changements sont surprenants. « Elle est plus vivante maintenant. Quand elle descend, ses pas ne sont pas mornes. Elle marche d’un pas vif. »

Après une projection test de M. Pâte et la princesse des œufs (2010), Hayao Miyazaki réfléchit : « De nos jours, les films fantastiques connaissent des temps difficiles. Je pense qu’ils le sont. Lorsque les gens ont le moral et ne savent pas que la fin est proche… C’est un bon moment pour faire des films fantastiques. Nausicaä de la vallée du vent, par exemple. La question est de savoir ce qu’il faut faire dans les mauvais moments. Une époque est terminée. Nous sommes dans la prochaine étape, je suppose. C’est difficile de la catégoriser. Mais que devrions-nous faire maintenant ? »

Inspiration

(Les décors du film sont fidèles aux détails historiques de Yokohama).

Gorō Miyazaki a d’abord fait des recherches sur Yokohama, avec l’intention d’être fidèle aux détails historiques de la ville. Le film recrée également des lieux tels que le parc Yamashita ou la gare d’Hikawa-Maru. Cependant, après avoir réalisé que « la simple reconstitution de quelque chose de l’époque peut sembler assez réelle mais n’est pas nécessairement belle ». Miyazaki a décidé de montrer le lieu comme « chatoyant et animé » du point de vue des personnages.

Le premier est le « manoir Coquelicot », une pension pour femmes où vit Umi, au sommet de la colline qui domine la ville et la mer. Maison traditionnelle japonaise remodelée d’après un ancien hôpital, elle abrite les chambres à l’étage et les pièces communes au rez-de-chaussée. Sa particularité réside surtout dans le mât qui se dresse au milieu du jardin, où Umi hisse chaque matin les pavillons maritimes en hommage à son père. Plusieurs fleurs de pavots sont également en fleurs dans le jardin.

(Le Quartier Latin est un ajout original au film).

En concevant le Quartier Latin, Miyazaki a travaillé avec les directeurs artistiques qui ont ajouté des idées sur « l’amalgame de désordre dans les nombreuses pièces de la maison » et ont tenté de « regarder l’architecture du bâtiment, mais aussi de me rappeler mes années de collège et le désordre et la saleté que [Miyazaki] a vécus ». À l’intérieur de ses locaux bondés, de style occidental, se trouvaient le département d’astronomie, le groupe d’étude de la philosophie et le club de radio amateur.

Un autre clin d’œil de Hayao Miyazaki est visible dans le tableau peint par l’un des résidents du film, qui est en fait un hommage au peintre et sculpteur futuriste Umberto Boccioni. En effet, le tableau est très clairement inspiré de La ville se lève (1910).

Production

« Les storyboards sont presque terminés pour « From Up on Poppy Hill ». Je pense que Goro a grandi. Tout le monde le dit. Tous les acteurs clés le pensent. Ils disent qu’il est totalement différent maintenant quand il explique les personnages. Ils disent, ‘Goro a une vision claire’. »
-Toshio Suzuki

(Le Manoir Coquelicot et le Quartier Latin sont deux des principaux décors du film).

Selon Buta Connection, une centaine d’animateurs ont ensuite commencé le travail d’animation. 70 000 dessins ont été nécessaires pour le film (120 000 cases ont été nécessaires pour Spirited Away). Gorô Miyazaki transmet ses idées sur la base du nouvel e-konte validé par Toshio Suzuki. Dans le même temps, il contrôle les décors. Entre-temps, les directeurs de l’animation sont Akihiko Yamashita, Atsushi Yamagata, Kitarō Kōsaka, Takeshi Inamura et Shunsuke Hirota.

L’une des principales dynamiques du film est le contraste entre le Manoir Coquelicot et le Quartier Latin, ainsi que la nature et le rôle différents des hommes et des femmes de cette époque. Alors que les pensionnaires féminines du Manoir Coquelicot cherchent à être « indépendantes », les garçons du Quartier Latin, bien qu’enthousiastes à propos de leurs activités, ne s’intéressent absolument pas à d’autres choses (notamment le nettoyage). Ces communautés séparées semblent tracer une ligne avec les valeurs et les modes de vie des hommes et des femmes.

(À la fin du film, Umi lève les yeux au moment où elle hisse ses drapeaux en l'honneur de son père).

Malgré ces contrastes, chaque lieu et chaque personne sont dépeints tels qu’ils sont. Lorsque les étudiantes dirigent les efforts de nettoyage du Quartier latin, les garçons sont d’abord exclus, jusqu’à ce qu’ils se portent volontaires pour aider aux aspects plus dangereux du nettoyage des vieux meubles et du dépoussiérage des lustres. L’acte de prise en charge par les femmes est un élément essentiel des films du Studio Ghibli que Goro a exploité – celui des femmes qui vivent de manière robuste, comme on le voit avec les « femmes Tatara » dans Princesse Mononoke et les femmes qui aident à reconstruire l’avion de Porco dans Porco Rosso. Une scène ultérieure où Shun Kazama et ses amis visitent le manoir Coquelicot et interagissent avec les pensionnaires féminines met également en évidence la nature différente des hommes et des femmes lorsqu’ils se rencontrent.

(Le casting du film et sa dynamique traditionnelle).

Hayao Miyazaki, qui a écrit le scénario du film, a traité la révélation qu’Umi et Shun pouvaient être demi-frères et demi-sœurs en faisant en sorte que ce ne soit pas important en soi, mais plutôt une critique méta-fictionnelle des feuilletons en général. La clé était la façon dont ils ont découvert le secret et leur réaction à ce sujet. Selon Hayao, « Pour réaliser la vérité, ils se déplacent sur leurs deux jambes. Ce n’est pas facile. Et dans le chaos de la guerre et de l’après-guerre, les deux parents savent comment ils se sont rencontrés et aimés. Ils savaient aussi que leurs camarades marins et leurs camarades d’escouade pourraient aussi les aider. Ils leur témoigneront leur plus grand respect. » Malgré la guerre qui a provoqué de telles tragédies, Umi et Shun ont pu comprendre l’amour de leurs parents grâce aux personnes qui les connaissaient le mieux.

Au début du mois de mars 2011, Gorô a complètement terminé l’e-konte. Son équipe se prépare pour la dernière ligne droite avant la sortie du film qui aura lieu dans quatre mois. Le planning est serré et tout le monde travaille tous les jours jusqu’à minuit. La production est à mi-chemin lorsque, le 11 mars 2011, un tremblement de terre se produit et le tsunami qui en résulte dévaste la côte pacifique du Tôhoku.

(Hayao répète à ses principaux collaborateurs qu'ils ne doivent pas abandonner le site de production du studio après le séisme et le tsunami meurtriers du 11 mars 2011).

Au cours d’une réunion du personnel dirigée par Toshio Suzuki, il déclare :  » La production – c’est critique. C’est critique. Je ne suis même pas sûr que nous puissions travailler. A partir de maintenant, nous avons besoin d’ordinateurs. Si l’alimentation n’est pas stable. » Un membre du personnel s’inquiète : « Le travail devra s’arrêter. » tandis qu’un autre craint que les pannes n’endommagent les données. Goro s’inquiète : « Le calendrier est vraiment serré. Ça va être difficile. Nous pourrions perdre notre élan. » La seule personne opposée à l’arrêt de travail est Hayao Miyazaki. « Pourquoi toute cette agitation ? Nous devons continuer à travailler. Organisez une autre réunion ! Que tous ceux qui le peuvent viennent. Quitter le site de production, c’est mal ! Je ne peux pas du tout accepter ça », dit-il.

Au cours de la réunion impromptue, Hayao confronte le personnel et donne de nouveaux ordres au personnel qui pourrait venir afin de ne pas retarder la production. Un membre du personnel senior interroge Hayao sur le fait que donner des ordres contradictoires risque de perturber certains membres du personnel. « Confus, dites-moi ! Qui a dit ça ? Qu’est-ce qui va être confus ? Le temps libre est plus déroutant ! Nous ne pouvons pas changer la date de sortie. Nous travaillons dur pour la respecter. Nous devons continuer, même si c’est difficile ! Nous ne devons pas abandonner le site de production. C’est là que nous faisons nos films. C’est précisément dans des moments comme celui-ci que nous devons créer un mythe. Pour montrer que nous avons continué à dessiner malgré les répliques. » Rapidement, la décision d’arrêter la production est annulée. Miyazaki se demande alors : « Nous sommes mis à l’épreuve. Pouvons-nous faire un film qui parle du Japon post-séisme ? »

(Le personnel du Studio Ghibli travaille nuit et jour, mais malgré leurs efforts, la production a encore connu des retards).

Dans une interview de presse donnée après le tremblement de terre et le tsunami de Tōhoku en 2011, il a été annoncé que la production du film a été affectée par les coupures de courant roulantes imposées après cette catastrophe. En particulier, le processus d’animation a été contraint de se dérouler la nuit pour minimiser les perturbations. Lorsqu’on a insisté sur l’avancement du projet, il a été révélé que l’animation était « achevée à environ 50 % », mais on a ajouté que « l’animation aurait été achevée à plus de 70 % sans la catastrophe ».

(Le Studio Ghibli tient une conférence de presse après le tremblement de terre de 2011, assurant le public que le film serait terminé à temps. Le 23 juin 2011, il est achevé et une projection spéciale est organisée).

Cependant, Hayao Miyazaki a assuré au public que le film sortirait tout de même le 16 juillet 2011, comme annoncé précédemment, affirmant qu’il était de leur responsabilité de le faire. « Des centaines de milliers de personnes tremblent de froid et de faim. Les secouristes et les forces de défense sont en première ligne face aux radiations. Je suis reconnaissant pour leurs sacrifices. Je suis fier d’eux. Si ce film offre une sorte de soutien à de nombreuses personnes… en ces temps difficiles. Je leur en serai reconnaissant. » Goro a ensuite déclaré : « Tout ce que nous pouvons faire maintenant, c’est continuer à faire des films. Sur ce point, je pense que mon père et moi sommes sur la même longueur d’onde. » Il a également déclaré que si la plupart des membres du personnel n’ont pas été affectés par la catastrophe, plusieurs d’entre eux « ont traversé une période d’affect mental à cause de ce qui s’est passé et cela a pris du temps pour s’en remettre. »

« Il doit mener la meute et se donner à fond. Il doit être prêt à mourir pour cela. Il doit le terminer, quoi qu’il arrive. Il doit le faire, pour son propre bien. Parce qu’il a choisi cette voie », détermine Hayao.

Le 23 juin 2011, la production est terminée. Après la première, Goro se fait dire par un intervieweur :  » Ton père a dit : ‘Menace-moi’ « , ce à quoi il répond :  » Ah oui ? Ne meurs pas. »

Doublage

(Des expositions ont eu lieu au musée Ghibli et dans d'autres lieux pendant la première du film).

Les principaux membres du casting vocal ont été officiellement dévoilés le 13 mai 2011. Il a été annoncé que l’actrice Masami Nagasawa incarnerait Matsuzaki, le personnage principal. Il s’agissait du premier rôle de voix de Nagasawa dans un film du Studio Ghibli. En outre, Jun’ichi Okada, membre du groupe japonais V6, interprétera Shun Kazama, membre de l’équipe de publication du journal de l’école. En outre, Jun Fubuki, Keiko Takeshita, Takashi Naitō, Teruyuki Kagawa, Yuriko Ishida, Nao Ōmori et Shunsuke Kazama doubleraient d’autres personnages mineurs.

En juin 2012, il a été annoncé qu’un doublage nord-américain serait enregistré et qu’il était produit exécutif par Kathleen Kennedy et Frank Marshall, écrit par Karey Kirkpatrick et réalisé par Gary Rydstrom. Les acteurs du doublage sont Sarah Bolger, Anton Yelchin, Ron Howard, Jeff Dunham, Gillian Anderson, Chris Noth, Ronan Farrow, Isabelle Fuhrman, Emily Osment, Charlie Saxton, Alex Wolff, Beau Bridges, Jamie Lee Curtis, Bruce Dern, Christina Hendricks, Elisa Gabrielli et Aubrey Plaza.

Communiqué de presse

From Up on Poppy Hill est sorti dans 457 cinémas japonais le 16 juillet 2011. Il a débuté à la troisième place du box-office japonais, derrière Harry Potter et les reliques de la mort – Partie 2 et le film d’animation Pokémon à double sortie Victini et le héros noir : Zekrom et Victini et le héros blanc : Reshiram. Il a rapporté environ 587 millions de yens et a attiré quelque 450 000 spectateurs. En outre, une exposition intitulée THE ART OF From Up On Poppy Hill a été organisée à l’occasion de la sortie du film. Cette exposition présentait plus de 130 dessins et story-boards utilisés pour le tournage du film. Elle s’est tenue du 23 au 28 juillet 2011 dans le magasin principal de Seibu Ikebukuro à Tokyo. L’exposition a ensuite été déplacée dans la succursale de Sogo à Yokohama du 10 au 15 août 2011.

L'actrice Hiromi Nagasaku, Goro Miyazaki et le reste du casting ont assisté au 35e prix de l'Académie japonaise en mars 2012

Le film est sorti en France le 11 janvier 2012 sous le nom de La Colline aux coquelicots par Walt Disney Studios Motion Pictures France. Il a rassemblé plus de 287 281 spectateurs lors de ses quatre semaines d’exploitation bien plus que Les Contes de la Terre (en 2007, avec 143 641 spectateurs).

Le 17 août 2011, il a été annoncé que From Up on Poppy Hill serait l’un des films japonais présentés au Festival international du film de Toronto 2011, qui s’est tenu du 8 au 18 septembre 2011. Il a également été révélé que le film serait présenté dans la section Japan International Premiere, qui fait partie de l’événement Contemporary World Cinema du festival. Le 2 mars 2012, le film a remporté le prix de la « Meilleure œuvre d’animation » lors de la 35e édition du Japan Academy Prize.

Le film a bénéficié d’une sortie limitée en salles en Amérique du Nord le 15 mars 2013. Un doublage anglais a été enregistré pour cette sortie, dirigé par Gary Rydstrom et produit par The Kennedy/Marshall Company, qui a supervisé les doublages anglais de Ponyo on the Cliff by the Sea et The Secret World of Arrietty. La sortie a été autorisée par le Studio Ghibli à GKIDS. C’était la première fois qu’un film du Studio Ghibli n’était pas distribué par Walt Disney Studios Motion Pictures en Amérique du Nord depuis la sortie nord-américaine de Princesse Mononoke en 1999 par Miramax Films, alors propriété de Disney. Une édition Blu-ray en Amérique du Nord est sortie le 3 septembre 2013. Le 23 septembre 2013, une édition Blu-ray a été publiée au Royaume-Uni par StudioCanal.

Réception

Box-office

Au cours de la période de sondage entre le 16 et le 18 juillet 2011, Bunkatsushin.com a rapporté que From Up on Poppy Hill avait rapporté 587 337 400 yens au box-office, se plaçant ainsi en troisième position. Pendant ces trois jours, plus de 445 000 personnes ont regardé ce film.

Une enquête réalisée en ligne et sur des plateformes mobiles a révélé que le rapport entre le public féminin et le public masculin était de 57 % contre 43 %. En termes d’âge, 34,8 % des spectateurs avaient une vingtaine d’années, 18,9 % avaient entre 16 et 19 ans et les personnes âgées de plus de 30 ans représentaient 32,6 % du public. Ce film a franchi la barre des 3 milliards de yens de recettes brutes durant le week-end du 21-22 août 2011.

« From Up on Poppy Hill » a rapporté 1 002 895 dollars en Amérique du Nord et 60 456 530 dollars dans les autres territoires pour un total mondial de 61 459 425 dollars. Il s’agit du 14e film d’animation le plus rentable. Entre Grave of the Fireflies, Only Yesterday, Ocean Waves, Whisper of the Heart et My Neighbors the Yamadas, From Up on Poppy Hill est le film Ghibli sur la spécialisation dans les coutumes locales japonaises qui a rapporté le plus de recettes, derrière The Wind Rises, et le 7e film Ghibli le plus rentable aux États-Unis.

En France, le film a été bien accueilli par le public. Il a rassemblé plus de 287 281 spectateurs lors de ses quatre semaines d’exploitation bien plus que Les Contes de la Terre (en 2007, avec 143 641 spectateurs).

Le 11 janvier 2013, il a été diffusé dans l’émission Friday Road SHOW ! de Nippon Television et a obtenu un taux d’audience de 13,0 %.

Musique

From Up on Poppy Hill (Song Collection) (コクリコ坂から~歌集 , Kokurikozaka kara~Kashuu) est une compilation de versions vocales de chansons de la bande originale chantées par Aoi Teshima. Elle a été publiée par Yamaha Music Communications le 6 juillet 2011.

From Up on Poppy Hill (Official Soundtrack) (コクリコ坂から サウンドトラック , Kokurikozaka kara Saundotorakku) a été publié par Tokuma Japan Communications le 13 juillet 2011. La musique de From Up on Poppy Hill a été composée par Satoshi Takebe. En décembre 2010, il a été annoncé que la chanteuse Aoi Teshima chanterait la chanson thème du film, Summer of Farewells – From Up on Poppy Hill (「さよならの夏~コクリコ坂から~」, Sayonara no Natsu ~Kokuriko-zaka kara~).

La musique, aux accents très pop et jazz, a été confiée à Satoshi Takebe (Hana no Ato). Elle donne au film une note d’optimisme et d’espoir. Le compositeur, qui participe pour la première fois à la bande originale d’un film d’animation, a expliqué que sa musique ressemble ici à celle des cours de musique dans les écoles, sans grande orchestration, avec un aspect amateur, sans prétention. C’est une musique fraîche, avec principalement du piano, de l’harmonium ou du mélodica, instruments typiques d’un club de lycéens. Gorô Miyazaki a choisi d’accompagner les scènes graves de cette mélodie joyeuse afin d’aider le spectateur à prendre du recul.

(Ue wo Muite Arukô de Kyû Sakamoto figure en bonne place dans le film).

Ce qui fait aussi l’originalité de ce long métrage, c’est la présence de nombreuses chansons des années 60. Ue wo Muite Arukô (Marchons en regardant le ciel) a été chantée par Kyû Sakamoto. D’abord au hit-parade sous le titre alternatif de Sukiyaki dans les pays anglophones, notamment aux Etats-Unis, et vendue à plus de 10 millions d’exemplaires, on l’entend dans le film lors de son passage à la télévision. C’est Toshio Suzuki qui a eu l’idée de l’intégrer au film, car il était lui-même fan des chansons de Sakamoto alors qu’il n’était qu’un jeune collégien : « Les paroles évoquent les tourments ou les blessures que ressentent tous les adolescents. […] Il nous a donné du courage. Quand je repense à cette époque, je me rends compte que nous étions dans une société qui étouffait tout ce que nous faisions et faisions. On empêchait les enfants d’être indépendants […] »

Le thème principal, Sayonara no Natsu (L’été des adieux), une reprise du générique d’un drame datant de 1976, est interprété par Aoi Teshima (Contes d’Earthsea). Elle a été adaptée pour le film, la parolière Yukiko Marimura ayant changé les paroles du deuxième couplet. La chanson du petit-déjeuner et celle de la naissance du premier amour sont également interprétées par Aoi Teshima, avec des paroles de Gorô Miyazaki et Hiroko Taniyama, qui ont également composé la mélodie.

Deep Blue Waves est un chant choral inspiré d’un poème de Kenji Miyazawa To my students. Le premier vers a été écrit par Hayao Miyazaki et le second par Gorô, un beau symbole de cette collaboration. Les mots, prônant la solidarité, le courage et l’abnégation, trouvent également un écho particulier après le tsunami du 11 mars.

OEufs de Pâques

(Ligne Kogenai de la colline aux coquelicots.jpg)

Shun interroge son père sur son père biologique. À ce moment-là, un navire, nommé Kogenai Line, passe devant le bateau d’Akio. Line signifie maru en japonais. Kogenai Maru est le bateau du film Ponyo.

(Ghibli of Poppy Hill.jpg)

Sur le bateau de Yoshio Onodera, le Koyo Maru Yokohama, il y a une cabine sur laquelle est écrit « Ghibli ».

Gouffres

(Gaffe de la colline aux coquelicots.png)

Dans les premières minutes du film, Shun se rend en voiture à l’école et s’arrête à un carrefour. En face de lui, il y a un magasin avec l’enseigne Coke. Bien que le film se déroule au début des années 1960, l’enseigne « Coke » au-dessus du magasin a un swoosh. Cela n’a pas fait partie du logo de Coca-Cola avant 1969.

Ouvrage original

Principaux changements par rapport à l’original

  • Si le décor et les personnages sont fidèles au manga original, l’intrigue et la structure narrative ont été complètement réorganisées.
  • Le  » Quartier Latin  » est un ajout complètement original au film. Shun et Mizunuma luttent pour protéger le Quartier Latin, dont la démolition est programmée. L’histoire du film est largement axée sur la conservation du passé face à la modernité.
  • Le manga se déroule dans les années 1980, tandis que le film se déroule entre mai et juin 1963. En raison de la période prolongée, Shun reste en 3ème année de lycée, Umi en 2ème.
  • L’uniforme a été modifié, passant du blazer standard de l’école au costume de marin.
  • Le nom de famille du personnage principal a été changé de « Komatsuzaki » en « Matsuzaki ».
  • Le nom du pensionnaire « Kitami Hokuto » a été changé en « Hokuto Miki », le sexe a été changé de masculin à féminin, et la profession a été changée de vétérinaire à médecin.
  • Le nom de la mère du personnage principal, « Komatsuzaki Nijie », a été remplacé par « Ryoko Matsuzaki », et sa profession a été modifiée de « photographe » à « professeur adjoint d’université (spécialiste de la littérature anglaise et américaine) ».
  • Les scènes impliquant des paris de mahjong ont été coupées.
  • Le mystère entourant la naissance du personnage est découvert après qu’Umi ait vu une photo similaire à celle du père de Shun.
  • Le grand-père Shimataro est décédé dans le film.

Accolades

Voir aussi :

  • From Up on Poppy Hill#AccoladesWikipedia sur Wikipédia
  • Récompenses sur Imdb
PersonnageNom d’origine (kana, roumaji)Acteur de doublage (seiyuu)
Shun Kazama風間 俊, Kazama ShunJunichi Okada
Umi Matsuzaki
松崎 海, Matsuzaki UmiMasami Nagasawa
Hana Matsuzaki松崎 花, Matsuzaki HanaAoi Watanabe (jeune)
Ryōko Matsuzaki松崎 良子, matsuzaki ryoukoKeiko Takeshita
Miki Hokuto 北斗 美樹, Hokuto Miki Jun Fubuki
Yoshio Onodera小野寺 善雄, Onodera Yoshio Iouriko Ishida
Shirou Mizunuma水沼 史郎, Mizunuma Shirou Takashi Naito
Akio Kazama風間 明雄, Kazama Akio Shunsuke Kazama
Tokumaru徳丸, TokumaruNao Omori
Sora Matsuzaki松崎 空, Matsuzaki SoraTeruyuki Kagawa
Riku Matsuzaki松崎 陸, Matsuzaki RikuHaruka Shiraishi
Sachiko Hirokoji広小路 幸子, Hirokouji SachikoTsubasa Kobayashi
Nobuko Yokoyama & Yuuko横山 信子, Yokoyama Noboku & 悠 子, YuukoRumi Hiiragi
Professeur d’histoireAoi Teshima
Yūichirō Sawamura
澤村 雄一郎, Sawamura YuuichirouToshimi Kanno
Yamazaki山崎, YamazakiHiroki Tanaka
CréditsJeton
DirecteurGoro Miyazaki
ProducteurToshio Suzuki
Directeur de l’animationAkihiko Yamashita, Atsushi Yamagata, Kitaro Kousaka, Shunsuke Hirota, Takeshi Inamura
ProducteurToshio Suzuki
ScénarioHayao Miyazaki, Keiko Niwa
Arrière-PlanAkane Iwakuma, Akina Sanjō, Ayae Kanbe, Hiromasa Ogura, Izumi Muta, Katsu Nozaki, Kazuo Nagai, Kazuo Oga, Kikuyo Yano, Kiyoshi Samejima, Kunihiko Inaba, Kuniko Iwatani, Masanori Kikuchi, Mika Nishimura, Misato Watanabe, Mitsuo Yoshino, Naomi Kasugai, Osamu Masuyama, Ryoko Ina, Sayaka Hirahara, Shiho Sato, Tatsuya Kushida, Tomotaka Kubo, Yoshiaki Honma, Youichi Nishikawa, Youichi Watanabe, Yuka Nitta, Yumi Ishii
Animation CléAkira Honma, Akiyo Okuda, Asami Ishikado, Atsuko Tanaka, Atsushi Tamura, Ei Inoue, Eiji Yamamori, Emi Kamiishi, Fumie Konno, Hideaki Yoshio, Hideki Hamasu, Hiroko Minowa, Hiromasa Yonebayashi, Hiroomi Yamakawa, Hiroyuki Aoyama, Katsutoshi Nakamura, Kazuyoshi Onoda, Kenichi Yamada, Makiko Futaki, Makiko Suzuki, Mariko Matsuo, Masafumi Yokota, Megumi Kagawa, Minoru Ohashi, Moyo Takahashi, Sachiko Sugino, Shigeru Fujita, Shinji Otsuka, Shougo Furuya, Taichi Furumata, Takashi Hashimoto, Takeshi Honda, Tomoko Miura, Yoshihiro Ōsugi
Animation IntermédiaireAi Takashi, Akane Ōtani, Akiko Teshima, Alexandra Weihrauch, Arisa Kuroda, Asako Matsumura, Atsuko Matsushita, Ayano Sugai, Azusa Kasahara, Chizuru Kanai, Eimi Tamura, Emi Matsunaga, Emi Nakano, Eri Okada, Etsuko Tamakoshi, Fumiaki Sugiura, Hiroko Tezuka, Hiromi Kurosawa, Hisako Yaji, Ikumi Nishimura, In Song Chung, Jun’ichirō Hashiguchi, Kanako Satō, Kanako Sekii, Kaori Hayashi, Kaori Itou, Kaori Miyakawa, Kaori Suzuki, Kaoru Yanagisawa, Kasumi Yagi, Kazuhito Tominaga, Kazuyuki Abe, Keiko Fujii, Keiko Tomizawa, Kengo Takebana, Kinumi Ota, Kiyoko Makita, Kumiko Ohtani, Kumiko Tanihira, Kumiko Terada, Kunitoshi Ishii, Kunoko Akiyama, Mai Nakazato, Maiko Fukuya, Maiko Matsumura, Makoto Oohara, Manami Iida, Mari Aizawa, Marie Yamada, Mariko Suzuki, Masakiyo Koyama, Masako Akita, Masako Terada, Masami Nakanishi, Masayo Andō, Maya Fujimori, Mayumi Ohmura, Megumi Higaki, Megumi Matsumoto, Midori Sakura, Miki Mutō, Misa Koyasu, Misa Watanabe, Misaki Kikuta, Mitsuki Chiba,
Mitsunori Murata, Mitsuru Miyazaki, Naoko Kawahara, Naoya Wada, Narumi Shimoji, Nobuo Takahashi, Nobuyuki Mitani, Oikawa, Reiko Mano, Rie Eyama, Rie Mukai, Ritsuko Shiina, Rui Yakata, Ryōsuke Mizuno, Ryosuke Tsuchiya, Ryuuji Iwabuchi, Sachiko Shima, Saeri Ogawa, Saina Hatakeyama, Saki Takahashi, Sanae Yamamoto, Satoshi Miyoshi, Seiko Azuma, Setsuya Tanabe, Shinichiro Yamada, Shiori Fujisawa, Shō Hamada, Shōmaru Koike, Shotaro Imai, Shouko Nagasawa, Soon-Ha Hwang, Sumie Nishido, Taeko Mitsuhashi, Takashi Narita, Tatsuya Takahashi, Tomoe Kikuchi, Tomoko Isobe, Tomoko Nakajima, Tomoyo Nishida, Yasumi Ogura, Yayoi Toki, Yohei Nakano, Yōjirō Arai, Yōko Tanabe,
Yoriko Mochizuki, Yoshie Noguchi, Yoshitake Iwakami, Youko Tanaka, Yu Matsuura, Yu Yagi, Yu Fen Cheng, Yui Ōzaki, Yūichi Naitō, Yuka Matsumura, Yuka Saitō, Yukari Yamaura, Yuki Kudou, Yuki Tsuchiya, Yukie Atsuta, Yukie Kaneko, Yukie Yamamoto, Yuko Tagawa, Yumiko Kitajima, Yumiko Totsu, Yuri Hamamura, Yutaka Shimizu
CoopérationAkira Nakata, Chūkō Hoshi, Fumiko Isomae, Fumino Watanabe, Gosuke Yokoyama, Haruna Hirose, Hideaki Furubayashi, Hideo Tanaka, Hideo Yoshimura, Hiroko Oshima, Hiroomi Tanaka, Itaru Arakawa, Jun Hattori, Jun Okabe, Jun Okada, Keizo Yoshikawa, Kenichi Yoda, Kenji Yajima, Maiko Yabata, Maki Sakamoto, Makoto Takahashi, Masahiro Shinoki, Masaki Morita, Masami Kawamura, Miho Sada, Mirai Kase, Miyuki Imagawa, Miyuki Ito, Naoki Murayama, Naoshi Ishikawa, Naoya Moritani, Norimitsu Iijima, Satoshi Gunji, Satoshi Matsushita, Seiichirō Sekine, Shinichirō Takasugi, Shinji Goto, Shiori Takano, Shuuki Kishi, Takao Kondō, Takashi Kondo, Takeshi Yoshikawa, Taketoshi Sado, Takumi Shimizu, Tomoko Okada, Tomonori Satō, Toshihiro Komatsu, Toshikazu Satō, Toshitake Amemiya, Yasuhiro Suzuki, Yasushi Kaida, Yoichi Okamoto
MusiqueSatoshi Takebe
CinématographiqueAtsushi Okui
ÉditerTakeshi Seyama
Directeur ArtistiqueKamon Ooba, Noboru Yoshida, Takashi Omori, Yohei Takamatsu
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison gratuite

sans minimum d'achat

Service Français

Une question ? contactez nous !

Livraison hors France

Livraison dans le monde entier

Paiement 100% sécurisé

PayPal / MasterCard / Visa