Panier
La nuit des lucioles

La Tombe des lucioles

La tombe des lucioles (火垂るの墓, Hotaru no Haka) est un long métrage d’animation écrit et réalisé par Isao Takahata, produit par le Studio Ghibli en association avec Shinchosha Publishing et distribué par Toho. Il est sorti au Japon le 16 avril 1988 et a été présenté comme un film double avec Mon voisin Totoro. Le film met en vedette Tsutomu Tatsumi, Ayano Shiraishi, Yoshiko Shinohara et Akemi Yamaguchi.
Basé sur le roman semi-autobiographique du même nom d’Akiyuki Nosaka, qui a été publié en série pour la première fois dans le numéro d’octobre 1967 de All Tribute (オール讀物). Se déroulant dans la ville de Kobe et à Nishinomiya, dans la préfecture de Hyōgo, le film raconte l’histoire de deux frères et sœurs, Seita et Setsuko Yokokawa, et leur lutte désespérée pour survivre pendant les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit du premier film produit par Shinchosha Publishing, qui a engagé le Studio Ghibli pour réaliser les travaux d’animation.

La nuit des lucioles

Certains critiques, notamment Roger Ebert, considèrent qu’il s’agit de l’un des films anti-guerre les plus puissants jamais réalisés. L’historien de l’animation Ernest Rister compare le film à La liste de Schindler de Steven Spielberg et affirme que « c’est le film d’animation le plus profondément humain que j’aie jamais vu ».

Outre ce film, le roman original a été adapté plusieurs fois en manga, en drames télévisés, en films en prise de vue réelle et en une suite de chœurs au Japon. Le film a contribué à populariser le bonbon Sakuma Drops.

Les phrases d’accroche de l’affiche

« J’ai décidé de vivre à l’âge de 4 et 14 ans. » (4歳と14歳で、生きようと思った)
« Je suis venu délivrer ce que j’ai oublié. » (忘れものを、届けにきました)

Intrigue

La zone incendiée

« Le 21 septembre 1945. C’est la nuit où je suis mort. »

-L’esprit de Seita
(L'esprit de Seita veille sur son être mourant dans le quai de gare. Il est bientôt réuni avec sa sœur Setsuko).

Le film commence dans la gare moderne de Sannomiya, à Kōbe, dans la préfecture d’Hyōgo, puis revient rapidement dans le passé. Seita est allongé sur le quai, en haillons, et meurt de faim. Un spectateur remarque à quel point il est sale, tandis qu’un autre dit : « Les troupes américaines vont bientôt arriver. Ce serait une honte qu’elles trouvent un tel type ici à la gare. »

Plus tard dans la nuit, un concierge vient fouiller dans ses affaires ; il trouve une boîte de bonbons qui contient les cendres de Setsuko. Il la jette, et de là surgissent les esprits de Setsuko, Seita et un groupe de lucioles. L’implication est que leurs esprits hantent maintenant la station et qu’ils fourniront désormais la narration tout au long de l’histoire.

La mort de la mère

« Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Nous devrions être en sécurité ici. »
« Où est allée maman ? »
« Elle est à l’abri anti-aérien. L’abri derrière la caserne de pompiers. Elle a dit qu’il pouvait résister à l’impact direct d’une bombe de 250 kilos. Il n’y a pas besoin de s’inquiéter. Maman est probablement à la gare de Nihon Matsu. Nous nous sommes arrangés pour nous rencontrer là-bas. Allons-y après nous être reposés un peu. »
« Est-ce que tu vas bien ? »
« J’ai perdu ma sandale. »

-Seita réconfortant Setsuko
(Seita et Setsuko fuient les bombardements incendiaires de leur ville natale, une attaque qui a entraîné la mort de leur mère).

Alors que Seita commence à raconter son traumatisme passé, les choses se précipitent à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lors des bombardements incendiaires de Kōbe par les bombardiers américains B-29. Setsuko et Seita, les deux frères et sœurs et protagonistes, doivent sécuriser leur maison et leurs biens afin de permettre à leur mère, qui souffre d’un problème cardiaque, de les précéder à l’abri anti-bombardement.

Le jeune garçon porte Setsuko sur son dos, et court dans les rues où les gens se bousculent dans la panique ; il s’enfuit finalement vers la mer. Une fois en sécurité, et après avoir laissé passer la pluie noire des bombes qui se déverse sur sa ville, il entreprend de retourner vers les ruines calcinées avec sa petite sœur. Un homme annonce par un mégaphone le rassemblement à l’école des habitants de son quartier.

Apprenant que sa mère a été blessée, il laisse Setsuko chez un ami de la famille et part à la recherche de sa mère. Leur mère a été mortellement blessée lors du raid aérien et est transportée dans un hôpital de fortune qui est en fait une école, où elle meurt des suites de ses brûlures. Setsuko pleure amèrement, tandis que Seita essaie de la distraire, en cachant sa propre détresse. Elle est incinérée avec plusieurs autres cadavres, et Seita recueille quelques maigres ossements dans une petite boîte.

Début de l’été

« Je n’aime pas les zosui. »
« Les prunes marinées que j’ai apportées… Il n’y en a plus ? »
« Ce truc… Tu sais qu’il n’y en a plus depuis longtemps. »
« Regarde. Le déjeuner sera composé de riz blanc, alors supporte-le et mange-le. »
« Arrêtez ça ! Pour ceux qui sont ici pendant la journée, le déjeuner sera aussi du zosui ! Pourquoi le déjeuner de ceux qui travaillent pour le pays et de ceux qui restent assis toute la journée devrait-il être le même ? Seita-san. Vous êtes assez vieux ; commencez à penser comment vous pouvez être utile. Vous deux, vous ne nous donnez pas de riz mais vous vous attendez à le manger. Ça ne se passe pas comme ça. Pas du tout. »

-La tante de Seita, frustrée par le caractère difficile de Seita et Setsuko.
(Lorsque Seita et Setsuko ont emménagé chez leur tante, elles ont immédiatement fui leurs responsabilités).

N’ayant nulle part ailleurs où vivre, Setsuko et Seita vont vivre chez leur tante à Nishinomiya, et écrivent des lettres à leur père. Le deuxième jour de leur séjour, Seita va chercher les restes des provisions qu’il avait enterrées dans le sol pour les conserver avant le bombardement qui a tué leur mère. Il donne tout à sa tante, mais cache une petite boîte de bonbons aux fruits.

La cohabitation se passe bien pendant quelques jours : la veuve profite des provisions, tandis que Seita et Setsuko reçoivent un toit et de la nourriture. Mais bientôt, la situation se détériore. La tante commence à faire des reproches à Seita : il ne fait rien pour aider au ménage, exige trop pour manger et sa sœur pleure la nuit, empêchant ceux qui travaillent de dormir. Seita pense que la situation est temporaire et espère avoir bientôt des nouvelles de son père, un officier de la marine. Pour passer le temps, il emmène Setsuko au bord de la mer et joue avec elle avec insouciance, ce qui rappelle au jeune garçon le bonheur du passé.

Sous les cerisiers en fleurs

« J’ai faim. J’ai soif. »
« Très bien. Léchez ces gouttes. Maman avait économisé sept mille yens à la banque. Sept mille yens ! S’il y a autant, on peut se débrouiller. Il n’y a plus besoin de s’inquiéter. »
« Vous avez de la chance. Par les temps qui courent, peu importe combien d’argent vous offrez, vous ne pouvez pas acheter ces articles. Aujourd’hui, il n’y a pas d’articles à vendre et les affaires sont à sec. Surtout les produits en métal. On ne les trouve plus nulle part. »

-Seita a décidé que lui et sa soeur pourraient vivre loin de la société.
(Frustrés par les tracasseries de leur tante, Seita et sa soeur ont bêtement déménagé dans un abri isolé).

L’atmosphère à la maison était devenue tendue. Un soir, elle demande à Seita de vendre les affaires de sa mère pour rapporter un peu de riz. Setsuko, qui se souvient des kimonos de sa mère, est secouée de gros sanglots. Seita découvre alors que sa mère leur avait assuré une somme confortable, leur permettant de se nourrir sans dépendre de leur tante. Lors d’une alerte au raid aérien nocturne, Seita repère un refuge abandonné qui pourrait devenir leur nouvelle maison, loin des tracasseries de leur tante.

Cela incite Seita et Setsuko à déménager et à vivre dans ce vieil abri anti-aérien abandonné. Setsuko est ravie, imaginant l’abri comme celui d’une véritable maison. Les deux enfants poursuivent ainsi leur existence sans se soucier de l’avenir.

Grave des lucioles

Et… nous avons échangé tous les kimonos de maman contre du riz et nous n’en avons plus. Chez vous, nous avons déjà acheté beaucoup de choses avec de l’argent… » « Je ne parle pas de kimono ou d’argent. Bien que nous soyons une ferme, nous ne gagnons pas assez pour en distribuer aux autres tout le temps. Peu importe, tu n’as pas d’autres parents ? »
« Eh bien… Je ne peux pas entrer en contact avec eux. »
« Alors, il vaut mieux que tu retournes dans cette maison. De plus, tout est rationné maintenant. Si tu ne fais pas partie d’un groupe communautaire, tu ne peux pas manger. Excuse-toi et demande-leur de te laisser rester. »
« Désolé de vous avoir dérangé. Je vais essayer un autre endroit. »

-Seita troquant de la nourriture avec un fermier
(Seita s'installe dans un abri abandonné, pensant que l'argent qui leur reste suffira à survivre pendant la guerre).

Le soir, les deux enfants ramassent une bonne quantité de lucioles qu’ils relâchent dans la cabane. La lumière des lucioles rappelle à Seita les feux d’artifice, lors de la revue navale après laquelle son père est parti à la guerre. Et les lumières de devenir des balles traçantes de DCA, détruisant les bombardiers ennemis.

Le lendemain, Seita trouve sa sœur en train de creuser un trou dans le sol. Perplexe, il lui demande la raison de ce comportement. Innocente, Setsuko répond qu’elle creuse une tombe pour les lucioles, sa tante lui ayant expliqué que cela avait été fait pour sa mère. Bouleversé par ce geste, se rappelant les images insupportables du corps de sa mère jeté dans une fosse, Seita ne peut plus se contenir et pleure amèrement. Il promet à Setsuko qu’ils iront un jour se recueillir sur la tombe de leur mère.

Couleurs du soleil

(Setsuko succombe lentement à la malnutrition).

Peu à peu, ils commencent à manquer de riz et Setsuko commence à mourir de faim. Seita se met à voler les fermiers locaux et à piller les maisons pendant les raids aériens pour s’approvisionner. Lorsqu’il est finalement arrêté, il se rend compte de son désespoir et emmène Setsuko, de plus en plus malade, chez un médecin qui l’informe que Setsuko souffre de malnutrition. Lorsqu’il apprend la mort de son père, Seita retire tout l’argent du compte bancaire de sa mère et achète une grande quantité de nourriture.

Chanson de chagrin

« Setsuko, je suis désolé d’être en retard. Je vais te préparer une bouillie de riz blanc. »
« Ça a baissé… C’est monté… Ah, ça s’est arrêté… »
« Heureusement, j’ai pu acheter du poisson et des oeufs. Et… Setsuko ! Qu’est-ce que tu lèches ! Ce sont des morceaux de marbre. Ce ne sont pas des gouttes ! Aujourd’hui, j’ai eu quelque chose de bien mieux… C’est quelque chose que tu aimes. »
« Voilà, Nii-chan… »
« C’est quoi, Setsuko ? »
« C’est un repas. Je vais te donner l’okara cuit… »

-Seita, horrifié par les hallucinations de Setsuko.

Se précipitant vers l’abri, il trouve une Setsuko mourante en train d’halluciner. Elle suce des billes qu’elle croit être des gouttes de fruits. Elle lui offre des « boulettes de riz » qui ne sont en fait que de la boue. Seita se précipite pour cuisiner, mais il est trop tard : Setsuko meurt de faim.

(L'esprit de Seita et de Setsuko contemple le Japon d'aujourd'hui).

Après avoir veillé sur le corps sans vie de sa sœur, Seita décide d’incinérer lui-même sa petite sœur. Il utilise les fournitures que lui a données un fermier et place Setsuko dans un grand panier en osier auquel il met le feu, tandis que les lucioles volent dans le ciel. Il laisse ensuite ses cendres dans la boîte à fruits, qu’il porte avec la photo de son père, jusqu’à sa mort de malnutrition à la gare de Sannomiya quelques semaines plus tard.

C’est maintenant le jour présent. Setsuko court vers Seita. Tous deux ont fini dans la mort. La tête posée sur les genoux de son frère, elle s’endort paisiblement, tandis que quelques lucioles volent dans l’air. Seita regarde le spectateur, puis tourne la tête vers les lumières des gratte-ciel d’une ville moderne.

Personnages

Seita

Garçon de 14 ans, Seita est orphelin suite aux bombardements meurtriers de la ville de Kobe. Vivant chez sa tante avec sa sœur, il comprend rapidement qu’en ces temps de guerre et de famine, il ne peut compter que sur lui-même pour subvenir aux besoins de sa sœur. Il décide donc de vivre seul avec elle dans un abri abandonné, refusant toute participation à l’effort de guerre ou à la vie collective. Mais le jeune garçon ne parvient pas à assumer ses nouvelles responsabilités, et devient le spectateur impuissant de la lente agonie de sa sœur. Nous ne savons pas quel chemin Seita a dû parcourir entre la mort de sa sœur et sa propre agonie. Mais son destin tragique est atténué par le fait que son  » fantôme  » rejoint celui de sa petite sœur, comme par le passé.

Setsuko

Sœur de Seita, Setsuko est une petite fille de 4 ans pleine de vie. Si l’on peut penser qu’elle est insouciante, elle comprend pourtant plus de choses qu’il n’y paraît. Elle sait ainsi que sa mère est morte, malgré toutes les précautions de Seita. Mais elle n’en reste pas moins une petite fille de son âge, pleurant devant sa boîte de bonbons vide ou son bol de bouillie insipide. Elle s’avère cependant trop fragile et trop jeune pour résister à la malnutrition. Elle sombre progressivement dans la maladie et s’éteint paisiblement après avoir remercié son frère.

Tante de Seita

Sœur du père de Setsuko et de Seita, la tante doit accueillir les deux enfants suite au décès de leur mère. Elle héberge également sa fille et un homme travaillant pour l’effort de guerre. Exaspérée par l’inertie et l’insouciance de Seita et Setsuko alors que la guerre fait rage, elle cherche rapidement à s’approprier les ressources apportées par les orphelins, considérant cette acquisition comme normale face à une telle ingérence. Au final, son comportement poussera les deux enfants à fuir sa maison et ses reproches constants.

Les origines de l’histoire

Auteur

(Nosaka Akiyuki était considéré comme une personnalité très colorée au Japon. Sa culpabilité face à la mort de sa sœur l'a poussé à écrire Grave of the Fireflies).

Nosaka Akiyuki est né en 1930 à Kamakura, une ville japonaise située au bord de la mer, juste au sud de Tokyo, mais sa mère est morte peu après l’accouchement et Nosaka a été adopté par une tante à Manchidani-cho, Kobe (loin à l’ouest), qu’il croyait être sa mère. Le père de Nosaka n’a pas maintenu le contact et s’est remarié.

Lorsque la guerre est arrivée au Japon, Nosaka, trop vieux pour être évacué et trop jeune pour être enrôlé, a fait partie de la cohorte chargée de la défense contre les raids aériens. Lorsque Kobe est bombardée le 5 juin 1945, son père adoptif est tué et sa « mère » est gravement blessée. Nosaka s’enfuit avec Keiko, sa petite « soeur », mais – contrairement à ce qui se passe dans l’anime – lui et les adultes qui l’entourent ne parviennent pas à s’occuper d’elle de manière adéquate, et elle meurt en août 1945.

Il déménage ensuite à Tokyo, où il est pris en train de voler et est placé dans un centre de détention pour mineurs, où il voit beaucoup de ses camarades mourir de faim. Finalement, son père naturel, devenu conseiller municipal, a été contacté et l’a récupéré.

Interprétation

« Le personnage principal est plutôt gâté pour un enfant de la guerre. En ce sens, je pense que les enfants d’aujourd’hui deviendraient exactement comme lui s’ils étaient mis dans la même situation. Ce frère et cette sœur ne peuvent survivre à cet environnement difficile qu’en s’enfermant dans un monde à part. Lorsqu’ils perdent leur seul tuteur, leur mère, le frère aîné décide de devenir le tuteur de sa petite sœur, quitte à se faire un ennemi du monde entier.
Il en arrive au point où il pense qu’il ne serait pas contre se transformer en nourriture pour sa sœur. D’un côté, c’est très tragique, mais c’est aussi une situation bénie. Pour Seita, c’est comme s’il pouvait essayer de construire un paradis pour eux deux seulement.
Après tout, c’est une histoire de double-suicide. »
-Akiyuki Nosaka

(Diverses éditions du roman de Nosaka Akiyuki, Grave of the Fireflies).

L’histoire est basée sur le roman semi-autobiographique du même nom, dont l’auteur, feu Akiyuki Nosaka, a perdu sa sœur Keiko à cause de la malnutrition dans le Japon de la guerre de 1945. Il s’est rendu responsable de sa mort et a écrit cette histoire pour se racheter auprès d’elle et l’aider à accepter cette tragédie. Nosaka a décrit son chemin comme tournant sans cesse autour d’un vortex – et le critique littéraire Setsuji Shimizu a comparé ce tourbillon à celui d’un vautour tournant autour de sa propre mémoire. Lorsqu’il décrit Keiko dans son roman,

 » Je ne pouvais pas prendre la place de ma mère et de mon père pour la mort de ma sœur d’un an et quatre mois, et (le roman) était le moins que je puisse faire pour ma sœur, qui n’avait rien d’autre que des lucioles dans sa moustiquaire pour la distraire… « . Au milieu de la nuit, contre le vent nocturne, je lavais les poux de la peau de ma sœur avec de l’eau en bouteille prise dans la mer… J’aurais aimé au moins caresser ma soeur autant que Seita l’a fait dans le roman… Je n’étais pas aussi gentil ».

(La mort de Seita dans le début est vue par l'auteur comme un suicide, et son voyage dans le film son "Enfer" personnel jusqu'à ce qu'il atteigne le "Paradis").

Dans une interview, Akiyuki Nosaka a raconté que juste après avoir ramassé les ossements de sa sœur et commencé à errer sans but, l’électricité a été rétablie dans la ville. Les lumières ont soudainement balayé l’obscurité. Après avoir lutté en enfer, il se retrouve soudain au paradis. À la fin du film, Seita et Nosaka sont arrivés au bout d’une longue et douloureuse expérience.

Dans une autre interview sur Animage en 1987, le réalisateur Isao Takahata a comparé le livre à une pièce de théâtre à « double suicide »,

« J’ai ressenti cela très fortement lorsque j’ai lu le livre pour la première fois. J’ai ressenti quelque chose de commun avec les pièces à double-suicide de Chikamatsu. J’ai pensé que c’était aussi cela dans sa structure. Elle part du principe que les personnages principaux doivent mourir, et l’histoire suit le chemin de leur mort. Sauf que je pense que vous aviez raison quand vous avez dit « Paradis ». J’aimerais aussi le dépeindre de cette façon dans le film. »

Mamoru Oshii s’est exprimé sur l’histoire en disant : « C’est un monde immoral car c’est une histoire d’inceste. Et l’image de la mort est alignée juste derrière. En ce sens, c’est un film érotique et il m’a donné des sueurs froides. »

Adaptation

« Setsuko est affectée par le changement d’environnement et le changement de son frère, et doit grandir rapidement. Elle finit par assumer le rôle de sa mère par moments, et à d’autres moments, le rôle de son amant. Elle est extrêmement dépendante de lui, mais elle devient aussi son soutien spirituel. Ainsi, lorsque la sœur commence à dépérir physiquement, le frère n’a d’autre choix que de la voir devenir encore plus belle. C’est comme les douces illusions de l’enfance. En fin de compte, il s’avère que les jours qui précèdent leur mort sont comme le développement d’une histoire d’amour. »

-Akiyuki Nosaka

Ayant vécu l’horreur de la fin de la Seconde Guerre mondiale au Japon, alors qu’il n’avait que 14 ans, Nosaka est profondément marqué par les bombardements américains. Sa mère adoptive meurt sous les bombes, sa sœur meurt de faim, et Nosaka est convaincu de sa culpabilité dans ces deux drames. Il se retrouve enfermé dans une maison de redressement après des vols de nourriture. Sauvé par son père biologique dans un centre de détention pour mineurs, Nosaka garde néanmoins en lui un sentiment oppressant de culpabilité. Lorsqu’il écrit la nouvelle La tombe des lucioles vingt ans plus tard, le lien autobiographique semble évident. Cependant, Nosaka a choisi de sacrifier Seita. On peut voir dans cet acte d’écriture le moyen de retrouver une dignité, d’exorciser le démon qui le hante : Seita ne survit pas à sa famille et n’a donc pas à souffrir du sentiment d’avoir trahi son destin en survivant à la sienne.

(Le réalisateur Isao Takahata a demandé à la coloriste du Studio Ghibli Michiyo Yasuda de travailler avec des tons de couleurs sombres, ce qui, de son propre aveu, n'avait pas été fait souvent dans leurs projets précédents)

Isao Takahata a respecté très scrupuleusement cette interprétation. En effet, seuls les passages où Seita et sa sœur contemplent leur vie passée d’esprits ont été librement adaptés par Takahata. La teinte rougeoyante de cette introduction, contrastant avec les tons froids dominants dans le reste du film, rythmera le récit par la suite. Le décalage occasionnel de ces séquences oniriques par rapport au sujet général réaliste permet, de manière très sobre et épurée, une certaine dramatisation de l’histoire.

Selon le site de fans français Buta Connection, dans la nouvelle, l’identité du narrateur n’est pas claire, mais on peut supposer qu’il s’agit de la voix de l’auteur. Ce narrateur raconte l’histoire du point de vue de la troisième personne, ce qui crée une certaine distance. Dans le film, l’esprit de Seita est libre de ses mouvements et, en tant que narrateur, il parle à la première personne. Il devient un témoin, dont on connaît le sort dès le début (« 21 septembre 1945, je suis mort »). Ce procédé stylistique permet au spectateur de s’identifier aux personnages et donne donc un ton intense et dramatique au film. Quant aux raisons qui ont poussé Takahata à adapter une histoire aussi tragique dans un film d’animation, il explique,

« Il est naturel que de nombreuses histoires animées soient des aventures, et ce n’est pas une mauvaise chose en soi. Mais en même temps, j’ai ressenti une contradiction dans le fait que, qu’elle soit animée ou non, une histoire de guerre a tendance à être émouvante et à faire pleurer, mais les jeunes qui lisent ou regardent ces histoires ont un certain complexe d’infériorité par rapport à elles. Ils pensent que les gens de l’époque étaient beaucoup plus nobles et qu’ils ne seraient pas capables de faire de telles choses eux-mêmes. Mais je pense que ce n’est pas juste. Nous faisons des histoires pour donner du courage aux gens, mais ensuite le public a l’impression que l’histoire n’a rien à voir avec lui. Je voulais donc trouver un terrain d’entente auquel le public puisse s’identifier. C’est ce que je ressentais avant d’entrer en contact avec ce livre. »

(Une photo d'Akiyuki Nosaka avec sa jeune sœur Keiko en 1945. Nosaka se dénigre lui-même comme un menteur après avoir publié Grave of the Fireflies. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Yoko Nosaka).

Dans le film, on apprend également la nature des maux des deux enfants : il s’agit de la gale (infestation de la peau causée par des acariens). Enfin, la boîte de bonbons dont Nosaka évoque l’existence dans les premières lignes de sa nouvelle prend beaucoup plus de place dans le film Le tombeau des lucioles. Le contenu de cette boîte offre à ces deux orphelins l’un des rares moments de bonheur, voire de sursis. Elle sera aussi le réceptacle des cendres de Setsuko, une urne dérisoire, comme l’histoire de ces deux orphelins dont l’existence est jetée à bas.

Le film est également moins cru que le livre, qui se veut une approche très crue de la réalité de la guerre. C’est caractéristique du style de Nosaka, connu pour ses provocations, son cynisme et son goût pour la description de phénomènes scatologiques. Dans le livre, ce penchant littéraire ne choque pas, l’auteur décrit l’horreur de la guerre, la famine et la malnutrition, ce qui implique donc de terribles crises de dysenterie, de diarrhée. Takahata a préféré éviter de représenter cet aspect trop dur dans son film, le poids des images aurait probablement choqué un grand nombre de spectateurs et détourné l’attention de l’essentiel, le sort de Seita et Setsuko.

Le film de Takahata reste néanmoins très fidèle à l’œuvre de Nosaka. Il suffit de comparer quelques lignes aux images pour comprendre le formidable travail d’adaptation de Takahata, qui a su dessiner en images toute la quintessence des mots.

A propos du titre

Les noms japonais ne changent pas pour former des pluriels, ainsi hotaru peut désigner une seule luciole ou plusieurs. Seita et Setsuko attrapent des lucioles et les utilisent pour éclairer l’abri anti-bombes dans lequel elles vivent. Le lendemain, Setsuko creuse une tombe pour tous les insectes morts et demande « Pourquoi les lucioles meurent-elles si tôt ? ». Le titre pourrait donc servir à renforcer la signification symbolique et thématique de l’incident.

(Affiche du Grave of the Fireflies, où les lucioles susmentionnées symbolisent de nombreuses choses dans la culture japonaise).

Il se peut également que Setsuko soit la « luciole » du titre et qu’elle meure jeune. Dans ce cas, le titre peut être interprété comme Une tombe pour une luciole. Ou, pour maintenir l’absence de distinction entre les pluriels, on pourrait également utiliser The Firefly Grave.

Dans le titre japonais du film, le mot hotaru (luciole) n’est pas écrit avec son kanji habituel 蛍 mais avec les deux kanji 火 (hi, feu) et 垂 (tareru, pendre, comme une goutte d’eau sur le point de tomber d’une feuille). Cela peut évoquer des images de lucioles comme des gouttelettes de feu. Certains considèrent que cela évoque le senkō hanabi, un feu d’artifice de gouttelettes de feu (un feu d’artifice d’étincelles que l’on tient à l’envers). Ce feu est particulièrement poignant à cet égard, car il doit être tenu très immobile, sinon le feu tombe et meurt, ce qui représente la fragilité de la vie. Les Senkō hanabi évoquent également des images de famille, car c’est une tradition estivale au Japon que les familles apprécient les feux d’artifice ensemble. Les feux d’artifice, en général, sont considérés comme un autre symbole de l’éphémérité de la vie. L’observation des lucioles est une autre tradition familiale estivale. Ensemble, ces références évoquent le lien entre Seita et Setsuko, mais soulignent en même temps leur isolement dû à l’absence de leurs parents.

Par ailleurs, l’association des deux kanji signifiant « feu » et « pendre » peut également être une métaphore de l’expérience des bombardements aériens à l’aide d’armes incendiaires. Des preuves anecdotiques suggèrent que les Japonais, pendant la guerre, appelaient parfois les bombes incendiaires qui tombaient et explosaient des « lucioles ».

Symbolisme des lucioles

Symbolisme particulier des lucioles dans le film :

Les lucioles réelles (qui sont mortes et sont enterrées par Setsuko).
Les enfants eux-mêmes, en particulier Setsuko, qui est morte jeune.
Les avions et les pilotes kamikazes : Setsuko observe qu’un avion kamikaze qui passe ressemble à une luciole.
Bombes incendiaires (comme dans le kanji du titre).
Les lucioles matures qui émettent de la lumière ont une durée de vie extrêmement courte, de deux à trois semaines, et sont traditionnellement considérées comme un symbole de l’impermanence, qui résonne avec une grande partie de la tradition japonaise classique (comme pour les fleurs de cerisier). Les lucioles sont également le symbole de l’âme humaine (« Hitodama »), qui est représentée comme une boule de feu flottante et vacillante. Heikebotaru (平家蛍, Luciola lateralis), une espèce de luciole qui existe dans la région occidentale du Japon, est appelée ainsi parce que les gens considéraient que leurs lumières, qui planaient près des rivières et des lacs, étaient les âmes de la famille Heike, dont tous les membres ont péri lors d’un célèbre engagement naval historique – la bataille de Dan-no-ura).

Interprétation finale

Lors d’une conférence tenue à l’Abbaye royale de Fontevraud du 2 au 6 juillet 2007, Takahata a expliqué dans une conférence pourquoi le film se terminait dans le Japon contemporain,

« Il y a une chose que je voudrais d’abord vous expliquer. Au Japon, le bouddhisme est une religion importante (je suis moi-même bouddhiste), mais il s’agit d’un bouddhisme qui a subi un certain nombre de changements par rapport à sa doctrine de départ qui venait d’Inde ou de Chine. Il s’est mêlé à un culte des ancêtres qui est encore très fort aujourd’hui au Japon. Pour vous donner quelques éléments explicatifs, il s’agit d’un ensemble de croyances qui veut que les défunts ne soient pas vraiment partis mais se trouvent dans un endroit éloigné de nous et inaccessible, tout en restant très proches de nous. Et ils nous voient. Cela peut être vu comme une chance, mais aussi comme une forme de surveillance. Quoi que nous fassions, ceux qui nous sont chers nous voient. Et c’est plutôt cet aspect que je souhaite exprimer dans ce final.
Mais dans un sens, vous avez aussi raison, car dans la ville d’Hiroshima, où est tombée la première bombe atomique, il y a un monument aux morts qui a une mention gravée qui dit : « Reposez en paix car nous ne les referons pas. mêmes erreurs. » C’est une traduction qui pose quelques problèmes car le japonais n’a pas de sujet. On pourrait plutôt la traduire littéralement par : « Les erreurs (ou fautes) ne seront pas répétées. »

« Je pense que dans cette absence de sujet que permet la langue japonaise, et qui rend cette inscription particulière, est justement liée à cette croyance que les morts sont toujours présents. En tout cas, c’est aussi le point de départ d’un certain nombre de controverses, puisqu’en l’absence de sujet on peut aussi se demander qui a fait l’erreur et laquelle ? Et en l’état, cette mention ne permet pas de trancher. »

-Isao Takahata

Dans les coulisses

Développement

Le Grave des lucioles a été le premier film d’Isao Takahata produit sous l’égide du Studio Ghibli. Désireux de revenir à la réalisation après avoir produit Nausicaä de la vallée du vent et Le château dans le ciel, Takahata s’est lancé dans un film en prise de vue réelle retraçant l’histoire du canal Yanagawa. Utilisant les recettes de Nausicaä, L’histoire des canaux de Yanagawa a été produit par Hayao Miyazaki et achevé en 1987. C’est à cette époque que Takahata a commencé à soumettre plusieurs autres propositions de films à Tokuma Shoten, la société mère du Studio Ghibli, notamment une adaptation de la nouvelle d’Akiyuki Nosaka, La tombe des lucioles.

Miyazaki, quant à lui, avait commencé le développement de Mon voisin Totoro. Le président Yasoyoshi Tokuma est d’abord réticent à produire le film de Takahata, mais il se laisse convaincre par Toshio Suzuki. Suzuki a une idée originale : combiner les productions de La tombe des lucioles et de Mon voisin Totoro. En effet, un drame historique aurait un but éducatif et attirerait de nombreuses classes d’école, assurant un nombre minimum d’entrées. Mais pour produire deux films en même temps, l’un des deux films doit être financé par un autre producteur. Il contacte alors le célèbre éditeur Shinchôsha, qui à l’époque s’intéresse beaucoup aux adaptations cinématographiques de ses livres, et propose à la maison d’édition d’adapter Le tombeau des lucioles.

Suzuki explique à Shinchôsha que Tokuma allait produire un nouveau film de Miyazaki et que, si l’éditeur accepte de financer Le Grave des lucioles , il était tout à fait possible de sortir les deux projets en même temps au Studio Ghibli. Shinchôsha étant une maison d’édition beaucoup plus ancienne et établie que Tokuma Shoten, la décision de réaliser le projet de Miyazaki est prise très rapidement.

Production

Takahata a déclaré qu’il avait envisagé d’utiliser des méthodes d’animation non traditionnelles, mais comme « le calendrier était planifié, la date de sortie du film fixée et le personnel rassemblé, il était évident qu’il n’y avait pas de place pour une telle approche par tâtonnements. » Il a également fait remarquer qu’il avait du mal à animer les décors car, dans l’animation japonaise, il n’est « pas permis » de représenter le Japon de manière réaliste. Les animateurs se rendent souvent dans des pays étrangers pour faire des recherches sur la façon de les dépeindre, mais de telles recherches n’avaient jamais été faites auparavant pour un décor japonais.

« J’ai déjà travaillé sur un anime intitulé Heidi of the Alps, dont le personnage principal a cinq ans au départ. Je pensais pouvoir dépeindre la fillette de 5 ans idéalisée dans le livre, mais je n’ai jamais eu affaire à une fille plus jeune que cela. En plus de cela, je n’avais jamais représenté le Japon auparavant. C’est parce que, dans l’animation japonaise, on n’a pas le droit de représenter le Japon avec beaucoup de réalisme. En revanche, nous pouvons faire beaucoup de recherches sur les pays étrangers. Si c’est Heidi, nous pouvons aller en Suisse pour faire des recherches. Mais cela n’a jamais été fait pour une histoire japonaise. »

En effet, au départ, il avait pensé ce film sous un autre angle que le rendu habituel du cellulo :  » Il me semblait que pour cette histoire, il essayait presque de trouver d’autres moyens d’animation que le seul cellulo traditionnel, et qu’il fallait trouver le temps de faire des essais pour obtenir un autre résultat visuel, quitte à essuyer des échecs « . « C’est ce qu’il peut faire onze ans plus tard, grâce aux ordinateurs, avec Mes voisins les Yamada .

Cependant, lorsqu’il s’agit de travailler sur Le Grave des lucioles en 1987, on fait comprendre à Takahata qu’il n’est pas possible d’expérimenter quoi que ce soit, car le film doit sortir en mars de l’année. Takahata était dans l’impasse, et c’est alors que Hayao Miyazaki est venu lui dire :  » Si vous ne faites pas ce film aujourd’hui, il n’y aura sans doute aucune autre occasion, pour vous, de faire un tel film « . « Takahata en est bien conscient et, bon gré mal gré, il décide de changer de direction et d’amener le film vers une vision plus adaptée au celluloïd.

(Collection de storyboards du film d'animation Grave of the Fireflies).

Takahata a la coutume d’être en retard pour ses films. Pour Le tombeau des lucioles, il ne fait pas exception à la règle : le film a pris un retard considérable. L’éditeur Shinchôsha, producteur du film, oblige cependant Takahata à respecter ses délais. Cela se traduira finalement par la sortie du film avec une scène inachevée.

En plus de la brièveté de la période de production, des problèmes techniques sont survenus en raison du lancement de deux productions simultanées. La main d’œuvre n’étant absolument pas suffisante, le studio fait une nouvelle fois appel à Tôru Hara (ancien Tôei, président de la Topcraft), pour sa longue expérience en matière de gestion et de production. Hara est donc le producteur des deux films.

Il y avait un manque de designers et Takahata voulait absolument travailler avec Yoshifumi Kondô. À l’époque, ce dernier travaille pour Nippon Animation. Mais il fallait un designer de talent au centre de l’équipe du Grave of the Fireflies car Takahata ne dessinait pas. Hara l’a très bien compris : il est allé voir Kondô et l’a convaincu de venir travailler pour eux.

(Des instructions détaillées sur les couleurs sont données car la peinture des celliers était souvent sous-traitée à différents studios).

Cette visite a été décisive pour la réalisation du film. Kondô a en effet joué un rôle central dans la genèse graphique du film, tant dans la création et le design des personnages que dans l’animation. Il est parvenu à restituer les expressions faciales de manière aussi crédible et émouvante que possible. On ne peut que rester sans voix devant le réalisme des gestes des personnages ou des expressions de la jeune fille. On dit que pour les gestes de Setsuko, il s’est inspiré de ceux de Brigitte Fossey dans Jeux interdits (1952). « Dans Jeux interdits, il y a bien sûr le personnage de la fille joué par Brigitte Fossey, tout à fait remarquable et qui m’a certainement marqué. Mais je me souviens que lorsque j’ai vu ce film pour la première fois, le personnage du jeune garçon, joué par Georges Poujouly, m’a presque encore plus marqué. C’est un personnage qui m’a fait une très forte impression lorsque j’ai découvert ce film il y a très longtemps. « 

(Isao Takahata a collé de très près au roman original, tout en ajoutant de la signification à certains éléments pour des raisons narratives).

Pour les décors, alors que pour Mon voisin Totoro Miyazaki a fait appel à Kazuo Oga, Takahata a travaillé avec Nizô Yamamoto. On remarquera la grande différence entre les œuvres des deux directeurs artistiques : le monde clos du Tombeau des lucioles s’oppose au monde très ouvert décrit dans Totoro . La minutie avec laquelle le cadre de vie quotidien est décrit dans les moindres détails, repose sur un travail d’une qualité qui a sans doute été le premier fondement de la réputation du Studio Ghibli dans ses représentations du monde.

La plupart des contours des illustrations du film sont en marron, au lieu du noir habituel. Les contours noirs n’étaient utilisés que lorsque c’était absolument nécessaire. Le coordinateur des couleurs, Michiyo Yasuda, a déclaré que cette technique avait été utilisée pour donner au film un aspect plus doux. Yasuda a précisé que cette technique n’avait jamais été utilisée dans un anime avant Le tombeau des lucioles, « et qu’il s’agissait d’un défi ». Yasuda a expliqué que le marron est plus difficile à utiliser que le noir car il ne contraste pas aussi bien que ce dernier.

Doublage

Les rôles de Seita et de Setsuko ont été confiés à des enfants d’âge approprié, mais au début, les producteurs ont estimé que la fillette de cinq ans qui jouait le rôle de Setsuko était trop jeune. En raison de son âge, au lieu de terminer d’abord l’animation et d’enregistrer sa voix parallèlement à l’animation comme pour les autres personnages du film, ils ont enregistré son dialogue d’abord et terminé l’animation ensuite ; ce processus a été expliqué par Takahata dans une interview de 2002.

Musique

La musique du film a été composée par Michio Mamiya. Mamiya est également un spécialiste de la musique baroque et classique. La chanson Home Sweet Home a été interprétée par la soprano colorature Amelita Galli-Curci.

Les sorties

(La tombe des lucioles et Mon voisin Totoro sont sortis en 1988 sous la forme d'un double film).

Le film est sorti le 16 avril 1988, plus de vingt ans après la publication de la nouvelle. La sortie initiale en salles au Japon était accompagnée de Mon voisin Totoro de Hayao Miyazaki en tant que double film. Alors que les deux films étaient destinés aux enfants et à leurs parents, le caractère tragique et brutal du Grave of the Fireflies a rebuté de nombreux spectateurs. Cependant, les produits dérivés de Totoro, en particulier les animaux en peluche de Totoro et de Catbus, se sont extrêmement bien vendus après le film et ont permis à la société de réaliser des bénéfices globaux, au point de stabiliser les productions ultérieures du Studio Ghibli.

La tombe des lucioles est le seul long métrage du Studio Ghibli avant From Up on Poppy Hill dont Disney n’a jamais eu les droits de distribution en Amérique du Nord, puisqu’il n’a pas été produit par Ghibli pour la société mère Tokuma Shoten mais pour Shinchosha, l’éditeur de la nouvelle originale (bien que Disney ait les droits de distribution au Japon, remplaçant ainsi le distributeur japonais original du film, Toho, et le distributeur japonais original en vidéo à domicile, Bandai Visual). C’est l’un des derniers films du Studio Ghibli à avoir été présenté en première anglaise par GKIDS.

Médias domestiques

La tombe des lucioles est sortie au Japon en VHS par Buena Vista Home Entertainment sous le nom de Ghibli ga Ippai Collection le 7 août 1998. Le 29 juillet 2005, une version DVD a été distribuée par Warner Home Video. Walt Disney Studios Japan a sorti le DVD complet de l’édition collector le 6 août 2008. WDSJ a sorti le film en Blu-ray deux fois le 18 juillet 2012 : une fois en version unique, et une fois dans un ensemble de deux films avec Mon voisin Totoro (même si Disney ne possède pas actuellement les droits nord-américains mais japonais comme mentionné).

(Diverses sorties maison de Grave of the Fireflies en VHS).

Le film est sorti en VHS en Amérique du Nord par Central Park Media dans une version sous-titrée le 2 juin 1993. Ils ont ensuite sorti le film avec un doublage anglais en VHS le 1er septembre 1998 (le jour où Disney a sorti Kiki’s Delivery Service) et un DVD toutes régions (qui comprenait également l’original japonais avec des sous-titres anglais) le 7 octobre 1998. Il a ensuite fait l’objet d’un coffret DVD de deux disques (comprenant à nouveau le doublage anglais et la version originale japonaise avec sous-titres anglais, ainsi que les story-boards du film, le second disque contenant une rétrospective sur l’auteur du livre original, une interview du réalisateur et une interview du critique Roger Ebert, qui considérait le film comme l’un des plus grands de tous les temps) le 8 octobre 2002. Il est sorti une dernière fois chez Central Park Media le 7 décembre 2004.

Après la faillite et la liquidation de Central Park Media en mai 2009, ADV Films a acquis les droits et a réédité le film en DVD le 7 juillet 2009. Après la fermeture et le changement de marque d’ADV le 1er septembre 2009, son successeur, Sentai Filmworks, a sauvé le film et a sorti un DVD remastérisé le 6 mars 2012, et prévoit de sortir le film sur des supports numériques. Une édition Blu-ray est sortie le 20 novembre 2012, avec un tout nouveau doublage anglais produit par Seraphim Digital.

StudioCanal a sorti un Blu-ray au Royaume-Uni le 1er juillet 2013, suivi de Kiki’s Delivery Service sur le même format. Madman Entertainment a sorti le film en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Accolades

  • Blue Ribbon Awards (1991)
  • Prix spéciaux
  • Festival international du film pour enfants de Chicago (1994)
  • Long métrage d’animation
  • Prix des droits de l’enfant

Différences par rapport à l’original

L’histoire est presque la même que l’original, mais il y a quelques différences. La mort de Seita a été dessinée au début, en commençant par la narration fantomatique de Seita « Je suis mort » et en coupant en arrière. La composition de l’original va du raid aérien de Kobe à la cour de la gare où Seita est mort. Il retrace presque fidèlement, mais la production de la dernière moitié, en particulier la représentation de la scène de la mort de Setsuko (dans l’original, Seita est mort alors qu’il nageait dans l’étang), et au début de la station moderne Sannomiya à la station Sannomiya passé est une telle configuration qui conduit à la silhouette de la ville de Kobe des temps modernes ont changé de place et la dernière dans un anime original, il et ce que Seita, qui est devenu un fantôme est vu à plusieurs reprises à l’heure actuelle quelques mois jusqu’à ce qu’ils vont mourir produits de suicide sont sont soigneusement calculés et dessinés de sorte que vous pouvez le voir seulement au début.

Lorsque l’écran devient rouge pendant le travail, cela signifie que les fantômes de Seita et Setsuko sont apparus et qu’ils regardent attentivement, fixant le souvenir encore et encore, et il est dirigé vers le rouge comme Ashura. Cependant, dans le livre d’images de l’anime, cette partie est largement omise, et il n’y a qu’une scène qui suggère que les deux personnes qui regardent la ville moderne de Kobe à la fin sont des fantômes dans un état rouge. Les livres d’images d’anime suivent généralement fidèlement la partie principale du film, mais expliquent les répliques, les actions et les scènes qui apparaissent soudainement.

Distribution des voix

PersonnagesOriginalVersion 1998Version 2012
Seita YokokawaTsutomu TatsumiJ. Robert SpencerAdam Gibbs
Setsuko YokokawaAyano ShiraishiRhoda ChrositeEmilmy Neves
Tante de SaitaAkemi YamaguchiAmy JonesMarcy Bannor
DoctorHiroshi KawaguchiCrispin FreemanInconnu
Le cousin de Seita et SetsukoInconnuShannon ConleyInconnu
Vieil hommeInconnuCrispin FreemanInconnu
FermierInconnuDan GreenInconnu
Employé de gareInconnuInconnuAndrew Love
Mr YokokaxaYushiko ShinoharaVeronica TaylorShelley Calene-Black

Voix supplémentaires

  • Original : Tadashi Nakamura
  • Version 1998 : George Leaver, Nick Sullivan
  • Version 2012 : Luci Christian, Justin Doran, Susan Koozin, David Matranga, Rob Mungle, Samuel Roman, Blake Shepard, David Wald.
CréditsPersonne
Réalisateur, ScénarioIsao Takahata
StoryboardYoshifumi Momose
Character Design, Directeur de l’animationYoshifumi Kondo
Directeur artistiqueNizō Yamamoto
Art de fondEiji Hirakawa, Eiko Sudo, Fukiko Hashizume, Junko Ina, Mutsuo Koseki, Noriko Higuchi, Seiki Tamura, Shūichi Hirata, Toru Hishiyama, Yōji Nakaza, Yoshinari Kinbako
Directeur de la photographieNobuo Koyama
Fin de l’animationAkemi Hosotani, Chieko Machida, Etsuko Ohno, Fujino Yonei, Fumiko Saito, Haremi Miyakawa, Harumi Machii, Hideko Sato, Hisako Sagara, Hisako Shitara, Homi Abe, Ikue Nakayama, Junko Igarashi, Junko Yoshikawa, Kazue Hiranuma, Kazue Shiki, Kimie Ishida, Kyooko Ootake, Manami Beppu, Matsuko Horii, Mayumi Watabe, Michiko Nishimaki, Michiyo Iseda, Mieko Asai, Miwako Shibata, Naomi Takahashi, Nobuko Igarashi, Nobuko Nakata, Nobuko Sano, Nobuko Watanabe, Norichika Iwakiri, Reiko Aonuma, Reiko Nanami, Rie Aoki, Rie Yasui, Shinichi Toyonaga, Shizuko Hirai, Taeko Sakuma, Takao Yoshikawa, Takiko Kubota, Tokuko Harada, Toshiko Tawara, Tsutomu Kosuge, Yasuko Yamaguchi, Yoshiko Takasago, Yoshimi Sakuma, Yuki Takagi, Yukiko Matsushita, Yukitaka Shishikai, Yumi Furuya, Yumi Hattori, Yumiko Ichikawa
Animation intermédiaireAkemi Motohashi, Ako Takano, Atsushi Irie, Aya Satou, Chieko Shiobara, Eiichiro Hirata, Eiichiro Nishiyama, Hideaki Furusawa, Hiromi Kosuda, Hiroshi Inada, Hiroyuki Horiuchi, Hiroyuki Kamura, Hitoshi Kagiyama, Junko Isaka, Kasumi Hara, Keiko Sakuma, Masahiko Ōuchi, Masashi Kaneko, Mayumi Fujimoto, Mayumi Suzuki, Midori Nagaoka, Midori Yamada, Nobuko Sato, Osamu Tanabe, Sachiko Yoneyama, Seiji Handa, Shigehito Tsuji, Shiro Shibata, Sumie Nishido, Takao Maki, Takao Yoshino, Takuya Iinuma, Tatsuji Narita, Tazuko Fukutsuchi, Tokihiko Oota, Tomoko Takei, Tsutomu Awada, Yoko Kida, Yoshie Kawahashi, Yoshimi Kanbara, Yuichi Katayama, Yuko Ogawa, Yumi Kawachi, Yuriko Saito, Yuzumi Enosawa
Animation cléAkio Sakai, Atsuko Otani, Hideaki Anno, Hideo Kawauchi, Hiroshi Ogawa, Iku Ishiguro, Kitarō Kōsaka, Kuniyuki Ishii, Megumi Kagawa, Michiyo Sakurai, Noboru Takano, Noriko Moritomo, Noriko Ōzeki, Reiko Okuyama, Shojuro Yamauchi, Shunji Saida, Toshiyasu Okada, Yasuomi Umetsu, Yoshiji Kigami, Yukiyoshi Hane
Directeur du sonYasuo Uragami
MusiqueMichio Uragami
TitresHideo Takagu, Toshiko Tagami
Comité de productionKenji Sasaki, Kenjiro Yagi, Kunioki Hatsumi, Shizuya Shibata, Shunichi Satō, Tadahiko Arai, Takanobu Sato, Takashi Nitta, Takuo Murase
Rédacteur en chef

Version live-action du Grave des lucioles

Nippon TV a produit une version en prise de vue réelle du Grave of the Fireflies, pour commémorer le 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le film a été diffusé le 1er novembre 2005. Comme l’anime, la version en prise de vue réelle de Grave of the Fireflies se concentre sur deux frères et sœurs qui luttent pour survivre aux derniers jours de la guerre à Kobe, au Japon. Contrairement à la version animée, l’histoire est racontée du point de vue de leur cousin et traite de la façon dont l’environnement de la guerre peut transformer une gentille dame en un démon au sang froid. Il met en vedette la célébrité et actrice japonaise Nanako Matsushima dans le rôle de la tante. Le film dure environ 2 heures et 28 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison gratuite

sans minimum d'achat

Service Français

Une question ? contactez nous !

Livraison hors France

Livraison dans le monde entier

Paiement 100% sécurisé

PayPal / MasterCard / Visa