Panier

Mon voisin Totoro

Mon voisin Totoro (となりのトトロ , Tonari no Totoro) est un film d’animation écrit et réalisé par Hayao Miyazaki, produit par Toru Hara et animé par le Studio Ghibli pour Tokuma Shoten. Il a été projeté en avant-première aux côtés de Grave of the Fireflies en tant que film double le 16 avril 1988.
Le film, qui se déroule dans la ville de Tokorozawa, dans la préfecture de Saitama, raconte l’histoire des deux jeunes filles d’un professeur (Satsuki et Mei) et de leurs interactions avec des esprits des bois amicaux dans le Japon rural de l’après-guerre. Il est interprété par les voix de Noriko Hidaka, Chika Sakamoto et Hitoshi Takagi.

Mon voisin Totoro a été acclamé par la critique et a fait l’objet d’un culte mondial dans les années qui ont suivi sa sortie. Il a remporté le Grand Prix Animage Anime, le Mainichi Film Award et le Kinema Junpo Award du meilleur film en 1988. Il a également reçu le prix spécial aux Blue Ribbon Awards la même année.

Le film et son personnage principal, Totoro, sont devenus des icônes culturelles. Le film a rapporté plus de 41 millions de dollars au box-office mondial en septembre 2019, en plus de générer environ 277 millions de dollars de ventes de vidéos à domicile et 1,142 milliard de dollars de ventes de produits dérivés sous licence, totalisant environ 1,46 milliard de dollars de revenus totaux à vie. The Art of My Neighbor Totoro a ensuite été publié par Tokuma.

Le succès du film a contribué à stimuler les efforts de conservation dans les collines de Sayama, dans la préfecture de Saitama, appelés Projet de la forêt de Totoro, menés par la Fondation Totoro no Furusato. En 2008, une exposition de collecte de fonds, à laquelle participaient plus de 200 artistes de renommée internationale, a été organisée et leurs œuvres ont ensuite été compilées dans un livre. En 2018, Akemi Miyazaki, l’épouse de Hayao, a publié The Place Where Totoro Was Born (L’endroit où Totoro est né), dans lequel figurent ses illustrations mettant en valeur les forêts des collines de Sayama.

En 2002, une suite du film, Mei and the Kittenbus, est sortie en exclusivité pour le musée Ghibli.

Les accroches de l’affiche

« Cette étrange créature est toujours au Japon. Peut-être. » (このへんな生きものは まだ日本にいるのです。たぶん。)
« Des sentiments purs pour toujours. » (純粋な気持ちいつまでも。)

Intrigue

Le village en mai

  • « C’est comme une maison hantée ! »
  • « Des fantômes ? »
  • « C’est pourri. »
  • « Ça va s’écrouler. Elle va s’écrouler. »
  • « Mei, regarde ! Il est gros, non ? Père, un arbre énorme ! »
  • « C’est vrai, c’est un camphrier. »
  • « Oh, un camphrier. »
  • « Camphrier. »
  • -Mei, Satsuki et leur père s’installent dans leur nouvelle maison.

Dans le Japon des années 1950, le professeur d’université Tatsuo Kusakabe et ses deux filles, Satsuki et Mei, emménagent dans une vieille maison pour se rapprocher de l’hôpital où leur mère Yasuko se remet d’une longue maladie. Satsuki et Mei découvrent que la maison est habitée par de minuscules créatures de poussière animées appelées boules de suie – de petits esprits domestiques sombres ressemblant à de la poussière que l’on voit lorsqu’on passe d’un endroit clair à un endroit sombre. Lorsque les filles se sentent à l’aise dans leur nouvelle maison et rient avec leur père, les esprits de la suie quittent la maison pour s’éloigner au gré du vent. Il est sous-entendu qu’ils vont trouver une autre maison vide – leur habitat naturel.

Une maison hantée !

« Maman a l’air en forme, n’est-ce pas ? »
« Oui. Le docteur a dit qu’elle pourra bientôt quitter l’hôpital. »
« Bientôt ? Demain ? »
« Elle recommence avec ‘demain’. »
« Demain, c’est probablement trop tôt. »
« Maman dit qu’elle veut encore dormir avec Mei. »
« Mais tu es une grande fille maintenant. Tu ne vas pas dormir toute seule ? »
« Avec maman, c’est bien. »
-Mei, Satsuki et leur père rentrant à la maison après avoir rencontré leur mère.

Un jour, Mei aperçoit dans l’herbe deux oreilles blanches ressemblant à des lapins et suit les oreilles sous la maison. Elle découvre deux petites créatures magiques qui la conduisent à travers un champ de bruyères et dans le creux d’un grand camphrier. Elle rencontre et se lie d’amitié avec une version plus grande du même type d’esprit, qui s’identifie par une série de rugissements qu’elle interprète comme étant Totoro. Elle s’endort sur le grand Totoro, mais lorsque Satsuki la retrouve, elle est à terre dans une clairière de bruyères. Malgré ses nombreuses tentatives, Mei est incapable de montrer à sa famille l’arbre de Totoro. Son père la réconforte en lui disant que c’est le gardien de la forêt, et que Totoro se révélera quand il le voudra.

Allons à l’hôpital

« Grand-mère, Mei… » « Eh bien, elle dit qu’elle veut aller où vous êtes, et elle ne veut rien entendre. »
« Mais Mei, aujourd’hui c’est la fête des pères à l’université et tu as promis d’être une bonne fille et de rester avec Mamie. J’ai encore deux heures de travail, et Mamie est occupée aussi.
Grand-mère : Elle a été une bonne fille toute la journée, non ? »
« Soupir…..Grand-mère, je vais aller parler avec le professeur. »
-Satsuki est suivie par Mei en classe.

Un jour de pluie, les filles attendent le bus de leur père et s’inquiètent quand il n’arrive pas dans le bus qu’elles attendent. Pendant qu’elles attendent, Mei finit par s’endormir sur le dos de Satsuki et Totoro apparaît à côté d’elles, permettant à Satsuki de le voir pour la première fois. Il n’a qu’une feuille sur la tête pour se protéger de la pluie, alors Satsuki lui offre le parapluie qu’elle avait emporté pour le père. Totoro est ravi de l’abri et du bruit que font les gouttes de pluie. En retour, il lui offre un paquet de noix et de graines. Un chat géant en forme de bus (connu sous le nom de Catbus) s’arrête à l’arrêt, et Totoro y monte, prenant le parapluie. Peu de temps après, le bus de leur père arrive.

Un arbre gigantesque dans la forêt de Tsukamori

« Père, dépêche-toi. Dépêche-toi !
« Le trou a disparu. »
« C’était vraiment l’endroit ? »
« Oui. »
« Elle dit que le trou a disparu. »
« Eh bien, on ne peut pas le voir tout le temps. »
« On le reverra ? Je veux le rencontrer aussi. »
« Eh bien, si la chance est avec vous. N’est-ce pas un bel arbre ? Il est là depuis très, très longtemps. En ce temps-là, les hommes et les arbres étaient amis. Père a vu cet arbre et est tombé amoureux de cette maison. Je suis sûr que maman l’aimera aussi. Bien, offrons nos salutations et rentrons à la maison. Nous devons manger notre déjeuner… »
-Mei et Satsuki racontent à leur père l’histoire de Totoro.

Les filles plantent les graines. Quelques jours plus tard, elles se réveillent à minuit pour trouver Totoro et ses deux collègues miniatures en train de faire une danse cérémoniale autour des noix et des graines plantées. Les filles se joignent à eux, et les graines germent, puis grandissent et se combinent pour former un énorme arbre. Totoro emmène ses collègues et les filles faire un tour sur une toupie magique. Au matin, l’arbre a disparu, mais les graines ont bel et bien germé.

Les filles apprennent qu’une visite prévue de Yasuko doit être reportée à cause d’un contretemps dans son traitement. Satsuki, déçue et inquiète, annonce la mauvaise nouvelle à Mei, qui ne la prend pas bien. Il s’ensuit une dispute entre les deux femmes, au cours de laquelle Satsuki se met en colère contre Mei et s’en va. Mei décide de se rendre à pied à l’hôpital pour apporter du maïs frais à sa mère.

Mei a disparu

« Je suis désolée. C’est juste un peu de froid et l’hôpital a dû envoyer un télégramme. Les enfants vont sûrement s’inquiéter. Ils n’auraient pas dû le faire. »
« Eh bien, les enfants seront soulagés quand ils l’apprendront. Nous sommes tous arrivés jusqu’ici. Nos bons moments sont juste reportés pour un petit moment, c’est tout. »
« Ces enfants doivent supporter tellement de choses. Satsuki est une enfant si sensible, je suis désolée pour elle. »
« Tu as raison. »
« Quand je rentrerai à la maison, j’ai l’intention de vraiment les gâter. »
« Hé, hé… »
-Le père et la mère de Mei et Satsuki discutent des mésaventures de leurs enfants.

La disparition de Mei incite Satsuki et les voisins à la rechercher. Finalement, Satsuki retourne désespérément à l’arbre à camphre et demande l’aide de Totoro. Ravi de pouvoir l’aider, il convoque le Catbus, qui la transporte jusqu’à l’endroit où se trouve la Mei perdue. Après l’avoir sauvée, le Catbus lui fait traverser la campagne avec Satsuki pour aller voir leur mère à l’hôpital. Les filles se perchent dans un arbre à l’extérieur de l’hôpital, surprennent une conversation entre leurs parents et découvrent qu’elle a été retenue à l’hôpital par un petit rhume et qu’elle se porte bien par ailleurs. Elles laissent secrètement l’épi de maïs sur le rebord de la fenêtre, où il est découvert par les parents, et rentrent chez elles sur le Catbus. Lorsque le Catbus repart, l’épi disparaît de la vue des filles.

Dans le générique de fin, la mère de Mei et Satsuki rentre à la maison, et les sœurs jouent avec d’autres enfants, avec Totoro et ses amis comme observateurs invisibles.

Personnages

Satsuki Kusakabe (草壁サツキ , Kusakabe Satsuki)

Noriko Hidaka (Japonais)
La fille aînée de la famille Kusakabe. Elle porte une robe sans manches jaune pâle. Miyazaki avait initialement prévu qu’elle soit une élève de quatrième année de 10 ans, mais elle a été changée en élève de sixième année de 12 ans.
Elle est amicale et il est facile de s’entendre avec elle. Elle est fiable et se soucie beaucoup de sa sœur Mei. Elle fait les tâches ménagères pour le compte de son père surmené, et a un comportement curieux et enthousiaste. Elle est d’une nature délicate lorsqu’elle pense à sa mère hospitalisée, surtout après avoir reçu un télégramme lui annonçant que son état s’aggravait. Elle rencontre Totoro alors qu’elle cherche Mei, et le rencontre à nouveau sous la pluie. Elle montre peu de peur ou d’hésitation lorsqu’elle voit le Catbus apparaître devant elle. Bien qu’élevée en ville, elle n’a aucun scrupule à déménager à la campagne.

Mei Kusakabe (草壁メイ, Kusakabe Mei)

Chika Sakamoto (Japonais)
La deuxième fille de la famille Kusakabe. Elle n’a que 4 ans. Elle porte une chemise blanche avec un col, une robe sans manches rose foncé et des chaussures jaunes. Vers la fin, elle change de tenue et porte une robe sans manches rose clair et des sandales rouges comme vêtements d’été.
Contrairement à sa sœur Satsuki, qui travaille dur, Mei a une personnalité têtue et insouciante. Elle se dispute parfois avec sa grande sœur et a tendance à suivre son exemple par solitude et ennui. Elle ne va pas à l’école maternelle, et est souvent laissée à la garde de sa grand-mère. Elle est naturellement curieuse, ce qui l’amène à remarquer et à suivre les Totoros de petite taille. Dans le point culminant du film, elle se perd alors qu’elle se rend chez sa mère à l’hôpital. Elle est retrouvée grâce aux efforts de Totoro, Satsuki et le Catbus.
Son nom vient du nom anglais de « May ».

Tatsuo Kusakabe (草壁タツオ , Kusakabe Tatsuo)

Shigesato Itoi (japonais)
Le père de Satsuki et Mei. Taille 180 cm, âgé de 32 ans. Il travaille dans une université à Tokyo, et enseigne l’archéologie à temps partiel et fait également des traductions (principalement en chinois) pour gagner sa vie. Il a l’habitude de dormir trop longtemps, est un peu négligent et peu fiable, mais il est gentil et calme. Il a dit qu’il rêvait de vivre dans une maison hantée depuis qu’il était petit.
Étant adulte, il n’a jamais rencontré Totoro, mais il ne doute pas de l’observation de ses deux filles et le considère comme le Seigneur de l’arbre Tsukamori. L’acteur Issey Ogata devait à l’origine interpréter le personnage mais a dû refuser le rôle pour diverses raisons. Itoi, qui était chargé du casting et des promotions, a alors joué le rôle lui-même. Itoi sera plus tard chargé d’inventer les accroches des affiches des films Ghibli.
Dans la novelization de Giko Kubo (久保つぎこ), il y a une scène où il chante Miyako Tsuzo Yayoi (都ぞ弥生), suggérant qu’il est de l’université d’Hokkaido.
Yasuko Kusakabe (草壁靖子:くさかべやすこ , Kusakabe Yasuko)
Sumi Shimamoto (Japonais)
La mère de Satsuki et Mei. Elle a une personnalité. Elle a été emmenée à l’hôpital de Shichikokuyama. Le mémorandum de production indique qu’elle a été  » hospitalisée en raison d’une maladie de la poitrine « , mais sa maladie n’est pas directement mentionnée dans le film. Elle se remet de sa maladie à la fin du film.

Totoro (トトロ(大トトロ), Grand Totoro, dit Oh-Totoro)

Hitoshi Takagi (Japonais)
Créature décrite par le  » seigneur de la forêt  » (King Totoro dans la version nord-américaine), Totoro vit depuis des milliers d’années et habite dans le camphrier géant. Selon Miyazaki, Totoro est un animal et non un esprit. Son pelage est de couleur grise et il dort habituellement sous l’arbre Ochs à Tsukamori. Il n’est visible que par les enfants.
Il a le pouvoir de faire pousser rapidement les graines fraîchement semées et peut voler sur une toupie. Il souffle sur un ocarina pendant les nuits de lune. Il emprunte également le parapluie du père de Satsuki en attendant avec elle un jour de pluie à l’arrêt de bus.
Le nom « Totoro » n’est pas issu du folklore, et lorsque Mei lui demande son nom, il répond d’une voix épaisse, « Duo, Duo, Volo » (ドゥオ、ドゥオ、ヴォロー). Mei interprète cela comme « Totoro ».
Le vrai nom de Totoro est « Miminzuku » et il est âgé de 1 302 ans. Il mesure deux mètres de haut.
Catbus (ネコバス , Neko Basu)

Chat-Bus (ネコバス , Neko Basu)

Naoki Tatsuta (japonais)
Un énorme chat mâle dont le corps ressemble à un bonnet de bus. La partie correspondant au bonnet est la tête, et son torse est creux et rempli de sièges recouverts d’une fourrure douce. Ses yeux sont des phares, et il a des souris de chaque côté de sa tête comme des feux de position.

Totoro moyen (中トトロ , dit Chuu-Totoro)

Totoro de taille moyenne, de couleur bleue. Il possède le même motif de poitrine que le plus grand Totoro.
Son nom réel est « Zuku » (ズク) dont l’âge est 679 ans.

Petit Totoro (小トトロ, appelé Chibi-Totoro dans la novelization)

Petit Totoro de couleur blanche. Il est souvent translucide et peut disparaître de la vue. Sa main n’est généralement pas dessinée, mais elle sort de ses cheveux lorsqu’il souffle dans l’ocarina.
Son nom réel est « Min » (ミン) dont l’âge est de 109 ans.

Mamie (おばあちゃん , Obāchan)

Tanie Kitabayashi (Japonais)
La grand-mère maternelle de Kanta. Elle gère la maison près de l’arbre Tsukamori jusqu’au déménagement de la famille Kusakabe. Elle vit avec la famille Ogaki voisine. Elle aime Satsuki et Mei et les traite comme ses vrais petits-enfants. Elle fait pousser divers légumes et fleurs.
Selon l’Album romain, elle est décrite comme ayant une « personnalité amusante », et dans le film, elle plaisante avec Satsuki en disant que sa nouvelle maison est hantée. Elle mentionne que les Susuwatari étaient visibles pour elle quand elle était petite.

Kanta (大垣勘太 , Ogaki Kanta)

Toshiyuki Amagasa (Japonais)
Camarade de classe de Satsuki. Il est un peu plus petit que Satsuki. Il l’aide à faire ses courses à la maison. Il aime jouer avec des maquettes d’avion. Il a une personnalité naïve et timide, et se soucie de Satsuki, même s’il ne lui avoue pas ouvertement ses sentiments. Au début, Satsuki disait des choses terribles sur sa maison, mais leur relation s’est adoucie après qu’il lui ait prêté un parapluie. Il aide à rechercher Mei lorsqu’elle est portée disparue et réconforte même Satsuki.

Motif du travail

Bien que la proposition originale du film stipulait qu’il se déroulait la 30e année de l’ère Shōwa (1952 et 1958 en dates calendaires), Miyazaki a déclaré qu’il « n’avait pas d’époque spécifique à l’esprit » et que « … c’est en fait un mensonge de dire qu’il se déroule à la fin des années 1950 ; la vérité est que c’est une histoire qui se déroule à une époque antérieure à la télévision. J’ai d’abord pensé à intégrer l’émission de radio Shinshokoku Monogatari (1954) dans l’histoire, mais cela semblait trop flagrant. J’ai fait exprès de m’en débarrasser. Je pensais que la période antérieure serait gérée par Grave of the Fireflies, qui était sur la même affiche  » Alors que Miyazaki a déclaré que son film se déroulait à une  » époque sans le développement de la télévision « , une interview sur l’Album romain du film indique qu’une référence à un manga de Shigeru Suguira est griffonnée sur le carnet de Kanta (l’œuvre de Suguira s’est fait connaître pendant la Seconde Guerre mondiale). « Cela a été mis par l’artiste original, Masako Shinohara (篠原 征子), comme sa préférence personnelle. Quiconque reconnaît ce dessin est assez vieux maintenant [rires]. »

Miyazaki, qui a autrefois étudié l’animation à Seiseki Sakuragaoka (聖蹟桜ヶ), une région vallonnée qui inspirera les lieux vus dans Le murmure du cœur, a décidé de situer le film à Tokorozawa, une ville de l’ouest de Saitama. Selon The Place Where Totoro Was Born, le directeur artistique Kazuo Oga a déclaré que ses décors étaient inspirés de divers endroits, dont sa ville natale d’Akita et les collines de Sayama à Saitama. De plus, le nom « Jinya Inn » (元湯・陣屋), une auberge de sources chaudes gérée par un parent de Miyazaki à Tsurumaki Onsen dans la préfecture de Kanagawa, est mentionné dans le film.

Miyazaki a précisé :  » C’est une combinaison de la zone près de Seijo Sakuragoaka où se trouve Nippon Animation, de la zone autour de la rivière Kanda où j’ai grandi, et du paysage de Tokorozawa où je vis maintenant. Miyazaki a également déclaré que, plutôt que de partir à l’étranger à la recherche de lieux de tournage comme dans ses œuvres précédentes, il était « … heureux de faire un film rempli de fragments de paysages que j’avais vus au Japon, dont je me souvenais ou que j’avais vus dans mon enfance ». Par exemple, le grand camphrier de Tsukamori, la forêt – bien qu’il n’y ait pas vraiment de si grand arbre, j’avais l’impression d’en avoir vu un. Nous avons tous un arbre que nous avons regardé avec admiration devant sa taille et sa grandeur quand nous étions petits ».

Quant à ce qui a inspiré la maison dans laquelle Mei et Satsuki ont emménagé, Miyazaki se souvient : « Il était tout à fait normal de voir autrefois une maison de style japonais avec une pièce annexe de style occidental. En fait, cette maison (dans le film) n’était qu’à moitié achevée. Le jardin aussi – avant qu’un beau jardin puisse être aménagé, la maison n’était plus nécessaire… En d’autres termes, c’est une maison où une personne malade est morte… Je pense qu’en fait, cette maison était une villa qui avait été construite avec une pièce annexe dans laquelle une personne malade pouvait se reposer. La pièce attenante était destinée à un malade de la tuberculose… C’est l’histoire du passé. Donc la vieille femme (Granny) était probablement une femme de ménage engagée pour travailler dans la maison. C’est pourquoi elle est directe dans sa façon de parler, contrairement à la plupart des gens de la campagne. Comme il s’agit de l’histoire de fond, il n’est pas nécessaire d’expliquer tout cela, alors je ne l’ai dit à personne. Mais dans mon esprit, c’est comme ça que je voyais la maison. Le fait que la pièce attenante soit si ensoleillée témoigne également de ce cadre. »

Après la sortie du film, Miyazaki s’est fortement impliqué dans le mouvement de conservation Totoro no Mori (トトロの森, qui fait partie de la fondation Totoro no Furusato) dans les collines de Sayama depuis les années 1990.

Nom de Totoro

L’origine du nom « Totoro » viendrait d’une fille qui connaissait Miyazaki et qui aurait mal prononcé Tokorozawa (所沢市) en disant « Totorozawa ». Le prototype de Totoro a également été dérivé de Donguri to Yamaneko (ととろざわ) de l’auteur Kenji Miyazawa Totoro lui-même aurait été inspiré par le folklore japonais impliquant des trolls / gobelins.

Relation avec les collines de Sayama

Certains des lieux nommés dans le film sont basés sur les collines de Sayama, situées près de la ville de Tokorozawa, dans la préfecture de Saitama, jusqu’à la ville de Higashimurayama, à Tokyo. De plus, dans le film, une boîte avec un autocollant de « Sayama Tea » apparaît lorsque la famille Kusakabe emménage dans leur nouvelle maison.

  • Matsugō, ville de Tokorozawa, préfecture de Saitama (埼玉県所沢市松郷)
  • Le nom de lieu près de l’intersection Matsugo de la rocade d’Urawa Tokorozawa, dans la partie est de la ville de Tokorozawa, serait devenu un modèle de « Matsugo » où vit la famille Kusakabe.
  • Ushinuma, ville de Tokorozawa, préfecture de Saitama (埼玉県所沢市牛沼)
  • Le nom du quartier adjacent à Matsugo, ville de Tokorozawa, préfecture de Saitama, est utilisé comme modèle pour la destination « Ushinuma » affichée sur le chat-bus.

Grâce au succès et à la popularité durable du film, l’intérêt du public pour l’effort de conservation de la Fondation Totoro no Furusato a permis à celle-ci d’acquérir et de préserver la verdure des collines de Sayama. Hayao Miyazaki fait partie du conseil consultatif de l’organisation.

Derrière les coulisses

Développement

Mon voisin Totoro a vu le jour dans les années 1970, alors que Hayao Miyazaki travaillait chez Telecom Animation. Il a dessiné les premières planches d’images d’une petite fille de 5 ans qui avait un design similaire à Mei, mais la personnalité de Satsuki. À l’origine, Totoro devait être publié sous la forme d’un livre d’images pour enfants, mais au fur et à mesure que les propositions pour le film se développaient, le personnage principal a été modifié pour devenir deux sœurs. Entre-temps, le concept initial du protagoniste original a été utilisé dans divers médias tels que la couverture de la novélisation et le dépliant du théâtre. C’est à peu près à la même époque qu’une proposition pour un spécial TV de Totoro a été refusée. Plusieurs concepts ont ensuite été réincorporés par Miyazaki lors de la création du scénario de Panda ! Go, Panda ! (1972) alors qu’il travaillait pour A Production.

Pour l’affiche de la sortie du film en salle (qui a ensuite été utilisée pour les sorties en salle et l’introduction de l’émission Friday Road SHOW ! de Nippon TV), un dessin représentant Satsuki et Mei alignées avec Totoro a été envisagé. En raison de problèmes divers, l’illustration conceptuelle d’une fille se tenant à côté de Totoro dans un arrêt de bus pluvieux a été utilisée.

Lors d’un programme spécial de rétrospective en juillet 2008, Toshio Suzuki rappelle que le Grave des lucioles devait initialement durer 60 minutes, mais qu’il a été prolongé à 90 minutes. Suzuki s’est ensuite battu pour prolonger Totoro à 80 minutes ou plus. Miyazaki l’a prévenu que prolonger le film de 20 minutes ne permettrait d’avoir qu’un seul protagoniste, et que le fait que le film porte sur deux sœurs nécessiterait beaucoup plus de temps d’écran. De plus, selon Miyazaki, il était initialement inquiet de la façon dont le jeune protagoniste rencontrerait Totoro, il a donc imaginé deux scènes – l’une où il le rencontre à l’arrêt de bus pluvieux et l’autre en plein jour chez elle.

Le 1er décembre 1986, un document de planification révélait que Miyazaki avait déjà conçu les personnages de Satsuki (élève de 3e année d’école primaire) et de Mei (un enfant de 5 ans) comme des sœurs.

Proposition d’histoire originale

Lors d’une table ronde réunissant Mamoru Oshii (ami de longue date de Miyazaki) × Toshio Suzuki (producteur du Studio Ghibli) × Nobuo Kawakami (réalisateur de Ghost in the Shell), Oshii se souvient que l’intrigue initiale de Totoro était, « à l’origine, l’histoire de la bataille entre les humains et la tribu des Totoro. Se déroulant dans les temps anciens, la guerre a conduit à la défaite des Totoros. Peu de Totoros ont survécu, et leurs descendants ont fini par s’installer dans la ville moderne de Tokorozawa, à Tokyo. » Cette intrigue sera reprise plus tard dans le film Pom Poko d’Isao Takahata.

Pré-production

Avec Mon voisin Totoro, Hayao Miyazaki savait ce qu’il voulait réaliser : un film chaleureux, n’offrant au jeune public ni conflit ni confrontation. Pourtant, bien que Miyazaki ait fait part de son idée au début des années 1980, lorsqu’il s’est agi de mettre l’histoire sur papier, il n’a pas trouvé l’inspiration tout de suite. La visite d’un collègue, peu avant le début de la production, allait débloquer la situation.

Après la sortie du Château dans le ciel, Miyazaki a soumis un projet de Totoro à Tokuma Shoten (la société mère du Studio Ghibli à l’époque) en novembre 1986. Cependant, son cadre d’après-guerre, son sujet sobre et sa durée de 60 minutes ont conduit à son rejet lors d’une réunion de planification. Les longs métrages d’animation n’étaient pas encore de grands succès au box-office japonais. Les financiers et les distributeurs ne croyaient pas à l’histoire de deux petites filles et d’un monstre dans le Japon moderne. Mais le producteur Toshio Suzuki est convaincu de l’attrait de voir Totoro animé sur grand écran. Il propose astucieusement une sortie simultanée de Totoro et du Grave des lucioles de Takahata, mais cette proposition est également rejetée. Les éditions Shinchôsha, qui avaient initialement publié le roman du Grave of the Fireflies, sont alors intervenues et ont décidé d’aider à produire l’adaptation cinématographique de Takahata. Ils savaient que si un film est adapté d’un de leurs romans, les écoles seraient obligées de le voir à des fins éducatives. Ensuite, ce même public pourrait assister à la projection d’un second film, inclus dans le prix du billet. Tokuma a finalement accepté, établissant un partenariat entre eux et la Shinchôsha, beaucoup plus importante.

Production

Le tout jeune Studio Ghibli, alors âgé de deux ans, se retrouve donc à gérer et produire en même temps deux films apparemment sans réel attrait commercial, sur une période record d’un an seulement. Deux possibilités sont alors envisagées : tourner deux films par périodes de six mois ou diviser le studio en deux et réaliser les films conjointement. La première possibilité pose la question de savoir si l’équipe sera capable de réaliser le film de Takahata puis de passer immédiatement à celui de Miyazaki tout en gérant l’énergie et l’enthousiasme du personnel. Finalement, c’est la deuxième solution qui a été choisie et presque tous les animateurs qui ont collaboré au Château dans le ciel, ont continué à travailler sur Mon voisin Totoro. Seul Yoshifumi Kondō qui, à la demande de Takahata, a rejoint l’équipe du Grave des lucioles en tant que directeur de l’animation.

Alors que l’équipe de production de Takahata s’installe dans le Studio 1 (c’est-à-dire l’ancien studio du Château dans le ciel), l’équipe de Mon voisin Totoro, s’installe dans un second studio à quelques dizaines de mètres de là, dans un bâtiment en construction. Cet espace a été désigné comme le Studio 2, créé spécialement pour les besoins de la production de Miyazaki. En pratique, la transformation du second studio ne commence que le 1er avril 1987, obligeant ainsi le personnel à cohabiter temporairement avec l’équipe du Studio 1. Seules trois tables ont été installées au Studio 1, une pour le Miyazaki, la seconde pour le directeur de l’animation Yoshiharu Satô, et une dernière pour le directeur artistique Kazuo Oga. En mars 1987, environ huit mois après la sortie du Château dans le ciel dans les salles japonaises, la production de Mon voisin Totoro commence. Les trois hommes ne se connaissent pas très bien. Seul Oga avait déjà collaboré avec Miyazaki sur Panda ! Go, Panda ! tandis que Totoro était le premier projet de Satô avec Miyazaki.

Le directeur artistique Oga a été attiré par le film lorsque Hayao Miyazaki lui a montré une image originale de Totoro debout dans un satoyama (里山, défini comme la zone située entre les contreforts d’une montagne et les terres plates arables). Le réalisateur a mis Oga au défi d’élever ses standards. Oga et Miyazaki ont débattu de la palette du film, Oga cherchant à peindre la terre noire de la préfecture d’Akita et Miyazaki préférant la couleur de la terre rouge de la région de Kantō. Le produit final a été décrit par le producteur du Studio Ghibli, Toshio Suzuki : « C’était la nature peinte avec des couleurs translucides. » Sur l’album romain du film, Miyazaki déclare que l’aspect du film.

Le déménagement dans le Studio 2 a finalement lieu le 13 avril 1987, et s’accompagne d’une petite cérémonie d’inauguration. Le 14 avril, Miyazaki termine sa proposition de mise en scène (le contenu sera différent du film final) en une journée. Le lendemain, il commence à travailler sur le synopsis du film, un processus qui dure huit jours. Le 16 avril, il rencontre Rieko Nakagawa, auteur de livres pour enfants, et lui demande d’écrire les paroles de la chanson du générique d’ouverture du film, Sanpo (Promenade). Le même jour, il demande à Joe Hisaishi de commencer à composer la musique du film.

Le 18 avril, une conférence de presse conjointe sur les deux films a eu lieu à l’hôtel Diamond de Tokyo, annonçant officiellement la date de sortie proposée. Près de deux cents journalistes étaient présents. Certains ont noté qu’il s’agissait de la conférence de presse  » la plus importante  » pour les films d’animation à l’époque. Le 28 avril, Miyazaki commence à travailler sur le storyboard de Totoro. Le film devait initialement être divisé en trois parties de 30 minutes. Chaque partie commence par une introduction de trois minutes, ce qui porte la durée totale du film à 77 minutes. À la fin du mois de mai, les premières ébauches des parties A et B sont terminées. C’est à peu près à ce moment-là que Miyazaki modifie le montage du film pour inclure la partie D. Début juin 1987, le minutage de la partie A est terminé (214 plans pour 1 166,5 secondes).

Toujours en juin 1987, Miyazaki annonce dans une interview qu’un quart de la production est déjà achevé. Il donne une description assez détaillée des Totoros et du Catbus et se réfère aux Totoros comme à des « esprits de la nature ». À la fin du mois, Satô a finalisé le design des personnages et le storyboard de la partie B est également terminé (213 plans pour 1 230,5 secondes).

Dès le 11 juillet et les jours suivants, Miyazaki expose ses attentes, ses points importants et ses sentiments aux principaux animateurs des parties A et B. Au milieu de l’été, le storyboard de la partie C est terminé (247 plans pour 1 213 secondes).

Cependant, la progression quotidienne espérée par le producteur Toru Hara n’a pas été atteinte. Pour maintenir un haut niveau de qualité tout au long du film, il décide de faire appel à d’autres studios sous-traitants pour les dessins clés et autres détails divers. Malgré la progression rapide du travail, cette période s’est avérée être la plus difficile. C’est pour cette raison qu’au début de l’automne, l’équipe du Studio 2 est partie une journée pour un pique-nique de « motivation » dans la vallée d’Akikawa. Le studio a organisé cette escapade en semaine, sans prévenir les studios sous-traitants qui, eux, ont continué leur travail. « C’est un film pour distraire les gens. Il est donc préférable que les réalisateurs vivent une expérience agréable dont ils se souviendront plus tard avec plaisir « , explique Miyazaki.

La séquence d’ouverture du film n’a pas été scénarisée, précise Miyazaki. « La séquence a été déterminée par des permutations et des combinaisons déterminées par les feuilles de temps. Chaque élément a été réalisé individuellement et combiné dans les feuilles de temps… » Miyazaki a déclaré que Totoro n’est « pas un esprit : c’est seulement un animal. Je crois qu’il vit de glands. Il est censé être le gardien de la forêt, mais ce n’est qu’une demi-idée, une approximation grossière. » Le personnage de Mei a été modelé sur la nièce de Miyazaki. Le storyboard représente la ville de Matsuko comme décor, avec l’année 1955 ; Miyazaki a déclaré que ce n’était pas exact et que l’équipe a travaillé sur un décor « dans un passé récent ».

Dernière ligne droite

Au début du mois d’octobre 1987, la première version du film est projetée. Malgré l’absence de son et le désordre des séquences, ceux qui la visionnent sont satisfaits du résultat de leur travail. À la fin du mois, Shiba arrive avec les bandes d’essai des acteurs sélectionnés pour prêter leur voix aux personnages. Les doublures vocales de Satsuki, Mei, M. et Mme Kusakabe ont été choisies à la fin de cette réunion.

Vers la fin de l’année 1987, le storyboard de la partie D est achevé (276 plans pour 1 289 secondes). Les e-konte (storyboards) étant terminés, Miyazaki peut enfin se concentrer sur la vérification des dessins clés de l’animation. Yasuyoshi Tokuma, président du groupe Tokuma, visite le Studio 2 à la fin de l’année pour encourager l’équipe.

Le 30 décembre, le Studio 2 a célébré son dernier jour de travail de l’année dans un restaurant d’Iseya, près du parc Inokashira. La plupart des membres de l’équipe sont ensuite rentrés chez eux pour fêter la nouvelle année. Cependant, les accros du travail ont quand même passé le Nouvel An à travailler. Quelques-uns se sont rendus au temple local pour méditer et se souhaiter bonheur et chance. Ils sont seize au total, y compris les animateurs du Studio 1.

Le travail a repris le 4 janvier 1988. Le Studio 2 en était à sa dernière étape d’intervalles. À la mi-janvier, il ne restait plus que les dessins clés de la partie D. À la fin du mois, de plus en plus d’animateurs clés ont remis leur travail et ont rejoint l’équipe d’animateurs. Ils ont contribué à la dernière poussée de l’intervalle. Le 21 février, les dessins clés du générique de début sont terminés. Le 25 février, les intervalles sont terminés. Le générique de début, dernier travail à faire, s’achève également. Le travail sur l’animation a duré cent soixante-quatorze jours. Il reste un dernier effort sur la finition à faire.

Pour accélérer l’achèvement du film, le Studio 2 a formé, ce qu’il appelait affectueusement, la « main des chats » – une équipe spéciale composée de trois femmes, travaillant et aidant l’équipe principale à terminer les dessins clés, les intervalles, l’assistance du directeur de l’animation, à vérifier l’animation et à la terminer.

Doublage et projection test

L’enregistrement du son a pris beaucoup de temps. Miyazaki a passé une grande partie de cette période en dehors du studio d’animation, devant assister aux sessions d’enregistrement, au pré-mixage des dialogues et des effets sonores.

井上あずみとなりのトトロ「いいね」している人へ_もっと大きな声で
井上あずみ となりのトトロ 「いいね」している人へ もっと大きな声で

Le 1er avril 1988, à trois heures de l’après-midi, la première projection de Totoro est faite à Genzosho Tokyo Chofu. Le résultat d’une année de travail intensif est exposé. Après avoir assisté à la projection test présentée au public, Miyazaki retourne au Studio 2. La réaction des adultes est très bonne et les enfants ont adoré. Il est heureux et rassuré. Lors de la première projection, l’équipe avait réagi de manière très différente et Miyazaki n’avait pas pu anticiper la réaction du public. Les inquiétudes envolées, le film est enfin terminé. Le soir même, au restaurant Iseya voisin, les équipes fêtent la fin de la production et l’aboutissement de tous leurs efforts.

Le 30 avril, les bureaux du Studio 2 sont vidés. Son rôle est terminé et les deux studios Ghibli ne font plus qu’un.

Affiche

Dans plusieurs des aquarelles conceptuelles initiales de Miyazaki, ainsi que sur l’affiche de la sortie en salle et sur les versions ultérieures en vidéo amateur, une seule jeune fille est représentée, plutôt que deux sœurs. Selon Miyazaki, « si c’était une petite fille qui joue dans la cour, elle ne rencontrerait pas son père à un arrêt de bus, donc nous avons dû imaginer deux filles à la place. Et c’était difficile. »

Communiqué de presse

Après avoir écrit et tourné Nausicaä de la vallée du vent (1984) et Le château dans le ciel (1986), Hayao Miyazaki a commencé à réaliser Mon voisin Totoro pour le Studio Ghibli. La production de Miyazaki est parallèle à celle du Grave of the Fireflies de son collègue Isao Takahata. Le film de Miyazaki a été financé par le producteur exécutif Yasuyoshi Tokuma, et Mon voisin Totoro et Le tombeau des lucioles sont sortis sur la même affiche en 1988. Cette double affiche a été considérée comme « l’une des plus émouvantes et des plus remarquables jamais proposées à un public de cinéma ».

Au Japon, Mon voisin Totoro a vendu initialement 801 680 billets et a rapporté un revenu de distribution de 588 millions de ¥ en 1988. Dans une interview accordée au critique américain Roger Ebert le 19 septembre 1999, Miyazaki a déclaré :  » Parmi les films que nous avons réalisés à Ghibli, les premiers films, Nausicaä de la vallée du vent, Le château dans le ciel et Totoro, n’ont pas pu récupérer leurs coûts de production grâce aux sorties en salles, mais nous avons pu faire des bénéfices grâce aux droits secondaires. Cela a changé avec Kiki’s Delivery Service. Ce n’était donc pas comme si nous avions un public chaleureux et réceptif aux films d’animation au Japon dès le départ. Mon producteur, Toshio Suzuki, et moi-même avons discuté et pris une direction : chaque fois que le public développe une attente à l’égard des films Ghibli, nous nous efforçons de trahir cette attente avec notre prochain projet. »

Selon le chercheur d’images Seiji Kano, en 2005, les recettes brutes totales du film au box-office japonais s’élevaient à 1,17 milliard de yens (10,6 millions de dollars). Le film a bénéficié de sorties internationales depuis 2002. Au total, le film a rapporté 30 476 708 dollars à l’étranger, pour un total de 41 076 708 dollars au box-office mondial.

Trente ans après sa sortie originale au Japon, Mon voisin Totoro a bénéficié d’une sortie en salles en Chine en décembre 2018. Ce retard est dû aux tensions politiques de longue date entre la Chine et le Japon, mais de nombreux Chinois se sont néanmoins familiarisés avec les films de Miyazaki en raison du piratage vidéo endémique.

Dates de sortie

  • 16 avril 1988 – Le film sort dans les cinémas japonais.
  • 3 août 1988 – Le film sort en VHS au Japon par Tokuma Shoten.
  • Printemps 1993 – Le doublage anglais de Streamline Pictures sort dans les salles de cinéma.
  • Été 1994 – Le doublage anglais de Streamline Pictures sort en VHS aux États-Unis par Fox Video.
  • 27 juin 1997 – Le film est réédité en VHS au Japon par Buena Vista Home Entertainment Japan dans le cadre de leur série Ghibli ga Ippai.
  • Automne 2001 – BVHE Japan sort le film en DVD au Japon, avec le doublage original japonais et celui de Streamline Pictures.
  • 2002 – Le doublage anglais de Streamline Pictures est publié en DVD par 20th Century Fox Home Entertainment.
  • 2005 – Les droits de la Fox sur le doublage anglais expirent, et Disney en prend les droits.
  • 2006 – Le film est réédité en DVD aux États-Unis par Walt Disney Home Entertainment, avec un tout nouveau doublage produit par Disney ainsi que la piste vocale japonaise originale.
  • 2012 – Walt Disney Studios Japan sort le film en Blu-Ray au Japon, avec une toute nouvelle remasterisation du film.
  • 2013 – Walt Disney Studios Home Entertainment sort le film en Blu-Ray aux États-Unis.
  • Été 2014 – Walt Disney Studios Japan réédite le DVD au Japon, en utilisant le master HD.
  • Octobre 2017 – GKIDS/Shout ! Factory réédite le film en DVD et Blu-Ray aux États-Unis.

Localisation

En 1989, Streamline Pictures a produit un doublage exclusif destiné à être utilisé sur les vols transpacifiques de Japan Airlines. Troma Films, sous sa bannière 50th St. Films, a distribué le doublage du film coproduit par Jerry Beck. Ce doublage est sorti dans les salles de cinéma américaines en 1993, en VHS et en laserdisc aux États-Unis par Fox Video en 1994, et en DVD en 2002. Les droits de ce doublage ayant expiré en 2004, il a été réédité par Walt Disney Home Entertainment le 7 mars 2006, avec un nouveau casting. Cette version a également été publiée en Australie par Madman le 15 mars 2006, et au Royaume-Uni par Optimum Releasing le 27 mars 2006. Cette version DVD est la première version du film aux États-Unis à inclure des pistes en japonais et en anglais.

Héritage

Impact du tourisme

En raison du succès massif de Mon voisin Totoro, les lieux de tournage ou inspirés par le film sont devenus des sites touristiques populaires.

Arrêt de bus Totoro à la préfecture d’Oita, Saiki, station de route Ume

  • L’arrêt de bus Totoro est situé ici sur la ligne Saeki-Mokpo. En 1992, une mère a placé un Catbus, une poupée Totoro et un panneau écrit à la main à l’arrêt. Au fil du temps, de plus en plus de personnes ont laissé leurs figurines et leurs notes à l’arrêt de bus, et ce phénomène a même été rapporté par les journaux locaux dans les années 2000. L’endroit est ensuite devenu une destination touristique populaire dans l’ancienne ville d’Ume. Ces dernières années, le nombre de poupées et de panneaux de Totoro était trop important pour la petite zone et a dû être déplacé dans un petit parc voisin. Seuls de grands panneaux découpés de Totoro et de Satsuki & Mei demeurent à l’arrêt de bus.
  • En avril 2013, la ligne Saiki-Mokpo a été supprimée en raison d’une révision des horaires par la compagnie de bus. Heureusement, l’arrêt de bus Totoro est resté en place. Peu de temps après, en raison de la détérioration des matériaux, l’arrêt de bus a été déplacé et restauré à environ 80 mètres de son emplacement d’origine par le terrain fourni par les résidents locaux fin février 2015. Il est depuis utilisé comme arrêt de bus pour le bus communautaire de la ville de Saiki.

Kosugi no Osugi, Sakegawa-mura, Mogami-gun, Préfecture de Yamagata

  • À Kosugi, Sakegawa-mura, Mogami-gun, préfecture de Yamagata, se trouve un arbre appelé « Kosugi no Osugi », en raison de sa forme similaire à celle de Totoro. Il s’agit d’un arbre vénérable datant de l’ère féodale, et on dit qu’un couple recevrait un enfant en sa présence.
  • Il existe également un arbre qui ressemble exactement à Totoro dans le quartier Sumomoyama de la ville de Yonezawa, dans la préfecture de Yamagata. Il y a aussi une maison connue sous le nom de « Maison de Totoro » située dans le parc commémoratif de l’exposition universelle 2005 d’Aichi, dans la ville de Nagakute, dans la partie est de Nagoya. Elle a été présentée comme « une maison nostalgique où Totoro serait heureux de vivre ». La maison a été inspirée à l’origine par un dessin de Kensaburo Kondo du Bureau de reconstruction de la ville de Tokyo en 1924 (Taisho 13).
  • Suginami Ward devait être aménagé en parc après avoir été acheté au propriétaire du terrain, mais il a été complètement détruit par un incendie survenu le 14 février 2009 à minuit. La destruction était due à un incendie criminel présumé. Après cela, bien que la reconstruction ait été reportée, il a été décidé de développer la zone en un parc basé sur l’esquisse de Miyazaki.
  • À Totoro Toge, dans la ville de Fukagawa, à Hokkaido, un bus mis au rebut qui servait de lieu de repos aux agriculteurs a été peint pour ressembler au Catbus par un groupe de développement communautaire local en 1998. Un arrêt de bus inspiré du film a également été construit.

Bande originale

My Neighbor Totoro Soundtrack Collection (となりのトトロ サウンドトラック集) est l’album de la bande originale officielle produit par Wonder City et sorti par Animage Records le 1er mai 1988. Il a été réédité le 21 novembre 1996 et le 25 août 2004.

La musique a été composée par Joe Hisaishi et arrangée par Yayoi Hirabe et Masahisa Takeichi. Les paroles de la chanson thème ont été fournies par Reiko Nakagawa et interprétées par Azumi Inoue et Suginami Junior Chorus. Les illustrations de la couverture et des encarts sont de Hayao Miyazaki, Kazuo Oga et Michiyo Yasuda.

Il coûtait à l’origine 3 190 ¥ lors de sa sortie, mais les éditions ultérieures coûtent 2 500 ¥.

My Neighbor Totoro Image Song Collection (となりのトトロ イメージソング集) est un album de 11 titres publié par Animage Records le 25 novembre 1987. Il a été réédité le 21 novembre 1996 et le 25 août 2004.

My Neighbor Totoro (Drama Version) (となりのトトロ ドラマ編) est un album sorti le 25 février 1989, publié par Animage Records. Il ne s’agit pas d’un CD de fiction mais de la version intégrale du film.

Chanson et Karaoké de Mon Voisin Totoro : Let’s Sing Together ! In Loud Voice (となりのトトロ ソング&カラオケ いっしょに歌おう!大きな声で) est une édition spéciale karaoké de la bande originale, sortie le 1er décembre 1999.

Thème d’ouverture

Sanpo :

  • Paroles – Rieko Nakagawa / Composition / Arrangement – Joe Hisaishi / Chanson – Azumi Inoue
  • Chanté comme une comptine, et est souvent classé comme une comptine au lieu d’une chanson d’anime, même en karaoké. Chantée par Azumi Inoue et le Suginami Junior Chorus.

Thème de fin

Mon voisin Totoro :

  • Paroles – Hayao Miyazaki / Composition / Arrangement – Joe Hisaishi / Chanson – Azumi Inoue
  • La chanson se termine par le deuxième refrain du film.

Suite

Mei et le Kittenbus (Mei to Konekobasu) est une suite de 13 minutes à Mon voisin Totoro, réalisé par Hayao Miyazaki et animé par le Studio Ghibli. Il a été présenté pour la première fois en octobre 2002 et est projeté exclusivement au Théâtre Saturne du Musée Ghibli. Il est centré sur Mei et sa mésaventure avec le Kittenbus. Chika Sakamoto reprend son rôle de Mei et Joe Hisaishi compose une toute nouvelle musique pour ce court métrage d’animation.

Accolades

  • Le 3e prix de la catégorie vidéo de l’AVA International Video Software Fair dans la catégorie Anime Video Award
  • 12e prix Fumiko Yamaji Film Award Film Award
  • 13ᵉ Hochi Film Award Prix du réalisateur
  • 1988 Kinema Junpo Best Ten Japanese Film Best Ten Nº 1, Reader Selection Japan Movie Best Ten Nº 1, Reader Selection Japan Film Director Award
  • 1988 Mainichi Film Awards Prix du film japonais, Noburo Ofuji Awards
  • 29e Sélection des membres de la Société d’appréciation des films excellents Sélection des dix meilleurs films japonais 4e
  • 31ᵉ Blue Ribbon Award Special Award
  • Japan Movie Pen Club 1988 Catégorie des 5 meilleurs films japonais 2ᵉ
  • 1988 24e des arts du cinéma
  • 6e Grand Prix de l’animation japonaise / Prix Atom Meilleure œuvre, Meilleur scénario, Meilleur dessin, Meilleur thème musical.
  • 1988 (39e) Art Award Prix du ministre de l’Éducation
  • 20ᵉ Seiun Award Media Division
  • Art Award pour la meilleure œuvre artistique
  • Agence pour les affaires culturelles – Bourse d’encouragement à la production de films d’excellente qualité
  • Exercice 1988 Ministère de la Santé et des Affaires sociales, Conseil central de protection de l’enfance, recommandation spéciale
  • Sélection des lecteurs de City Road Best Ten ’88 Meilleur film japonais de cinéma n° 1 et meilleur réalisateur n° 3
  • 1988 Cinefront Best Ten Nº 1 dans la catégorie Meilleur film japonais Best Ten
  • 1988 Prix de l’Association nationale des producteurs de films pour le meilleur film et le meilleur réalisateur.
  • 11ᵉ Anime Grand Prix (Animage) Meilleur film, 1er prix.
  • Time Out London Magazine N° 1 dans le Top 50 des meilleurs films d’animation de tous les temps.
  • Dans le « Talent Character Image Survey » publié par Nikkei Research le 27 décembre 2004, Totoro a été classé deuxième dans le classement de popularité.

Trivialité

  • Totoro est la mascotte du Studio Ghibli.
  • Le film est partiellement autobiographique. Lorsque Hayao Miyazaki et ses frères étaient enfants, sa mère a souffert de tuberculose spinale pendant neuf ans et a passé une grande partie de son temps à l’hôpital. Il est sous-entendu, mais jamais révélé dans le film, que la mère de Satsuki et Mei souffre également de tuberculose. Il a déclaré un jour que le film aurait été trop douloureux à réaliser si les deux protagonistes avaient été des garçons plutôt que des filles.
  • Les noms des deux filles, Satsuki et Mei, sont un jeu de mots sur le mot May. « Satsuki » est un ancien mot japonais pour le mois de mai, et « Mei » est la prononciation japonaise du mot anglais « May ».
  • Le nom Totoro vient de la ville de Tokorozawa au Japon. Hayao Miyazaki a grandi dans cette ville et se souvient d’enfants qui prononçaient mal Tokorozawa en disant Totoro.
  • Les créatures de la forêt et les personnages principaux du film ont reçu leur nom lorsque Mei, la petite fille qui les voit pour la première fois dans le film, prononce mal le mot « tororu », qui est le mot japonais pour « troll ». À un moment donné dans la version originale japonaise, lorsque Satsuki trouve Mei endormie dans le bosquet derrière leur maison, Mei dit à sa sœur qu’elle a vu un « totoro ». Satsuki répond :  » Totoro, tu veux dire le troll du livre d’histoires ?  » et Mei acquiesce. Elle fait référence à leur livre « Three Mountain Goats » (The Three Billy Goats Gruff). Dans le générique de fin, on peut voir leur mère leur lire le livre.
  • C’est le seul film du Studio Ghibli à utiliser des effets sonores Hanna-Barbera. Ceux-ci étaient principalement utilisés pour les actions de Totoro et de ses serviteurs.
  • Le film n’a pas eu de succès au box-office et n’a atteint le seuil de rentabilité que deux ans après sa sortie, lorsque des poupées en peluche basées sur le personnage de Totoro sont apparues dans les rayons.
  • Lors de l’exposition universelle de 2005 au Japon, une maison japonaise classique inspirée de celle de Satsuki et Mei a été construite et ouverte au public.
  • Une peluche Totoro apparaît comme l’un des animaux en peluche dans Toy Story 3 (2010).
  • Les petits Susuwatari qui vivent dans la maison réapparaissent dans Spirited Away (2001).
  • Le sous-titrage sur la VHS du doublage original épelle par erreur « Mei » comme « Mai », ce qui n’a jamais été corrigé sur la version DVD.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Livraison gratuite

sans minimum d'achat

Service Français

Une question ? contactez nous !

Livraison hors France

Livraison dans le monde entier

Paiement 100% sécurisé

PayPal / MasterCard / Visa