Panier
Pom Poko

Pom Poko

Pom Poko (平成狸合戦ぽんぽこ, Heisei Tanuki Gassen Ponpoko ?, lit. La guerre des ratons laveurs de l’ère Heisei Pom Poko, également connu sous le nom de La guerre des ratons laveurs) est une comédie dramatique animée par le Studio Ghibli pour Tokuma Shoten, Nippon Television Network et Hakuhodo. Il a été distribué par la Toho et est sorti le 16 juillet 1994. Il s’agit du premier long métrage produit dans le nouveau studio d’animation de Ghibli à Koganei, Tokyo, et de la première œuvre originale écrite et réalisée par Isao Takahata.
L’expression Pom Poko dans le titre fait référence au son des bake-danuki qui tambourinent leur propre ventre comme une forme de tanuki-bayashi. Plus précisément, la phrase a commencé comme une explication plaisante de la percussion méditative au Shōjō-ji reprise dans un poème de 1919 par Ujō Noguchi, qui est devenu une comptine populaire enregistrée en 1925.

Pom Poko

Le film a d’abord été conceptualisé par les cofondateurs de Ghibli, Hayao Miyazaki et Toshio Suzuki, qui ont ensuite décidé de confier le projet à Isao Takahata. Takahata a d’abord essayé d’adapter l’épopée guerrière du 12e siècle Le conte du Heike (平家物語 , Heike Monogatari), mais a préféré écrire un scénario original en utilisant l’histoire originale de ses cofondateurs sur les chiens viverrins. L’histoire se déroule dans la ville nouvelle de Tama où les chiens viverrins forment une résistance contre l’empiètement des humains. C’est le premier film de Ghibli à utiliser des effets de synthèse.

La phrase d’accroche de son affiche est « Même les chiens viverrins font de leur mieux ». (タヌキだってがんばってるんだよォ), qui a été inventé par Shigesato Itoi.

Le film a rapporté 2,6 milliards de yens au box-office japonais en 1994. Il a remporté le 49e Mainichi Film Award du meilleur film d’animation et le Grand Prix du Festival international du film d’animation d’Annecy en 1995. Le film est sorti dans le cadre de la série Ghibli ga Ippai COLLECTION et a été vendu à 400 000 exemplaires au Japon.

Il est diffusé une fois tous les quelques années dans le bloc de programmation Friday Road SHOW ! de Nippon Television.

Intrigue

La vie d’un Tanuki

« À l’automne de la 31ème année du Pom Poko,… …la bataille finale entre les Tanuki de Tamakyuro s’est déroulée sur le chantier qui borde Suzuka et la forêt de Takaga.
Le chef de l’Armée Rouge était Gonta, le grand guerrier de la forêt de Takaga.
L’aîné de la forêt de Suzuka, Seizaemon, était le chef de l’armée blanche.
C’est un fait peu connu que tous les Tanuki se tiennent debout et marchent sur deux jambes quand les humains ne sont pas là.
Bien que les deux camps se soient battus férocement, la bataille n’a pas duré longtemps. »
-Narrateur

(Les tanukis vivaient une vie de félicité et de fête avant l'arrivée des humains).

L’histoire commence à la fin des années 60 au Japon. Un groupe de Tanuki est menacé par un gigantesque projet de développement suburbain appelé New Tama, dans les collines de Tama, à la périphérie de Tokyo. Le projet empiète sur leur habitat forestier et divise leurs terres. L’histoire se déroule au Japon au début des années 1990, pendant les premières années de l’ère Heisei. Avec un espace vital limité et une nourriture qui diminue chaque année, les Tanuki commencent à se battre entre eux pour les ressources qui diminuent, mais à l’incitation de la matriarche Oroku, ils décident de s’unir pour arrêter le développement.

Plusieurs Tanuki prennent la tête de la résistance, dont le chef agressif Gonta, le vieux gourou Seizaemon, la sage Oroku et le jeune et ingénieux Shoukichi. Utilisant leurs talents d’illusionnistes (qu’ils doivent réapprendre après les avoir oubliés), ils mettent en scène un certain nombre de diversions, y compris des sabotages industriels. Ces attaques blessent et même tuent des gens, effrayant les ouvriers du bâtiment pour qu’ils démissionnent, mais d’autres ouvriers les remplacent immédiatement. En désespoir de cause, les Tanuki envoient des messagers pour demander de l’aide à divers anciens légendaires d’autres régions.

En route pour la bataille

« 32ème année du Pom Poko. Automne.
C’était un grand jeu pour décider qui serait le messager pour ramener les grands maîtres de la métamorphose.
Tamasaburo irait à Shikoku.
Et Bunta irait à Sado.
A la pleine lune suivante, les deux hommes furent envoyés en mission lointaine.
Après le départ des messagers, les jeunes ont continué à faire peur.
Que cela ait contribué ou non à arrêter le développement, c’était leur jeu favori. »
-Narrateur

(Les tanukis appellent les anciens métamorphes pour les aider à s'occuper des humains).

Après plusieurs années, Tamasaburō revient en amenant un trio d’anciens de l’île lointaine de Shikoku, où le développement n’est pas un problème et où les tanukis sont toujours vénérés. Dans le but de rétablir le respect du surnaturel, le groupe organise une gigantesque « parade de fantômes » pour faire croire aux humains que la ville est hantée. La tension de l’illusion massive tue l’un des aînés et son esprit est élevé dans un raigō, et l’effort semble gaspillé lorsque le propriétaire d’un parc à thème voisin s’attribue le mérite de la parade, affirmant qu’il s’agissait d’un coup de publicité.

Avec cet échec, l’unité des Tanuki est finalement rompue et ils se séparent en petits groupes, chacun suivant une stratégie différente. Un groupe dirigé par Gonta prend la voie de l’éco-terrorisme, retenant les travailleurs jusqu’à ce qu’ils soient anéantis dans une bataille rangée avec la police, et finalement tués dans une dernière tentative désespérée de bloquer la circulation en se déguisant en tsurube-otoshi. Un autre groupe tente désespérément d’attirer l’attention des médias par des apparitions à la télévision pour plaider leur cause contre la destruction de l’habitat. L’un des anciens devient sénile et lance un culte de danse bouddhiste parmi les Tanuki qui ne peuvent pas se transformer, et finit par partir avec eux dans un bateau qui les emmène à la mort, tandis que l’autre ancien cherche à rejoindre le monde des humains comme l’ont déjà fait les derniers kitsune (renards) qui se sont transformés.

Elegy

« Les ratons laveurs n’ont aucun avenir à Tama. Les renards y ont déjà péri. »
« Ils ont déjà péri ? Les renards ? »
« Oui. C’est dommage. Et seuls quelques transformateurs survivent en vivant comme des humains. »
« En tant qu’humains ? »
« C’est le seul moyen de survivre dans une grande ville comme Tokyo. Je vous ai amenés ici pour vous persuader, vous les ratons laveurs, de faire de même. »
« Un instant ! »
« Je comprends votre choc. Mais en ces temps difficiles, nous devons prendre des mesures drastiques. »
-Ryutaro le Renard parlant avec les Tanukis

(Les Tanukis organisent un grand festival pour effrayer les humains qui vivent sur leurs anciennes terres).

Quand tout échoue, dans un dernier acte de défi, les Tanuki restants mettent en scène une grande illusion, transformant temporairement la terre urbanisée en son état originel pour rappeler à tous ce qui a été perdu. Finalement, à bout de force, les Tanuki les plus entraînés à l’illusion suivent l’exemple des kitsune : ils se fondent dans la société humaine un par un, abandonnant ceux qui ne peuvent pas se transformer. Bien que l’appel des médias arrive trop tard pour arrêter la construction, le public réagit avec sympathie aux Tanuki et pousse les promoteurs à réserver certaines zones comme parcs. Cependant, les parcs sont trop petits pour accueillir tous les Tanuki non transformés. Certains tentent de survivre, évitant la circulation pour trouver de la nourriture dans les déchets humains, tandis que d’autres se dispersent plus loin dans la campagne pour concurrencer les Tanuki qui s’y trouvent déjà.

Les Tanukis maintenant…

« Au fil des jours, cette nouvelle scène est devenue familière. Pour les humains, c’était un endroit agréable à vivre.
De nouvelles copropriétés à la mode ont été construites là où se trouvait le temple.
Il s’est avéré que c’était une bonne décision de nous révéler aux humains à cette époque.
Le résultat a été une communauté qui a fait des efforts pour vivre en harmonie avec les ratons laveurs.
Ils ont aussi laissé le reste de nos arbres tranquilles. Et ont créé plusieurs parcs.
Mais pour nous, c’était trop tard. Il n’y avait plus de place pour vivre.
Certains d’entre nous ont traversé la montagne pour aller vivre dans une ville appelée Machida.
Mais il y avait là aussi des ratons laveurs qui ont souffert du développement des banlieues.
Beaucoup ont été tués sur la route. Les jours sont devenus de plus en plus durs.
Puis, nous avons pris la décision fatidique. C’est vrai. Ceux d’entre nous qui peuvent se transformer vivent comme des humains. Tout comme les renards. »
-Shoukichi sur le sort des Tanuki

(Les autres Tanuki se réjouissent encore de leur maigre existence.)

Un jour, Shoukichi, qui a lui aussi rejoint le monde des humains, rentre chez lui après le travail quand il voit un Tanuki non transformé sauter dans une brèche du mur. Shoukichi se glisse dans la brèche et suit le chemin qui mène à une clairière herbeuse où se rassemblent certains de ses anciens compagnons. Il se retransforme joyeusement en Tanuki pour les rejoindre. Ponkichi, l’ami de Shoukichi, s’adresse au spectateur en demandant aux humains d’être plus attentifs aux tanuki et aux autres animaux moins doués pour la transformation, et de ne pas détruire leur espace vital. Au fur et à mesure que la vue s’éloigne, leur environnement se révèle être un terrain de golf dans une banlieue.

Références culturelles japonaises

(Les Tanukis et leurs pouvoirs démesurés. Dans certains vieux parchemins, des tanukis agissaient comme des humains).

Le film s’appuie fortement sur le folklore japonais, et de nombreuses références seront perdues pour les personnes qui ne sont pas familières avec les détails. Voici quelques informations de base qui pourront vous aider à trouver le film moins déroutant.

  • Dans le folklore japonais, les Tanuki sont des créatures espiègles, paresseuses, joyeuses et crédules qui utilisent leurs pouvoirs surnaturels de transformation pour tromper les humains. On dit souvent qu’un Tanuki met une feuille sur sa tête et chante pour changer de forme en n’importe quoi (par exemple, un moine). On dit aussi qu’ils essaient d’escroquer les humains avec des feuilles transformées en billets de banque, bien qu’Oroku leur interdise de le faire dans le film.
  • On peut voir des statues de Tanuki partout au Japon, notamment dans les temples et les sanctuaires, et elles tiennent souvent un tonneau de saké.
(Le concept art et les planches d'images de Pom Poko étaient exposés à l'exposition commémorative d'Isao Takahata).

Conformément au folklore japonais, les Tanuki (chiens viverrins japonais, Nyctereutes procyonoides) sont décrits comme une espèce très sociable et espiègle, capable d’utiliser la « science des illusions » pour se transformer en presque n’importe quoi, mais trop amusante et trop friande de friandises pour être une réelle menace (contrairement aux kitsune et autres métamorphes). Visuellement, les Tanuki de ce film sont représentés de trois façons à différents moments : comme des animaux réalistes, comme des animaux anthropomorphes qui portent parfois des vêtements, et comme des personnages de dessins animés basés sur le manga de Shigeru Sugiura (dont Takahata est un grand fan). Ils ont tendance à prendre leur forme réaliste lorsqu’ils sont en présence d’humains, leur forme cartoonesque lorsqu’ils font quelque chose d’excentrique ou de fantaisiste, et leur forme anthropomorphe à tout autre moment.

  • Dans le folklore japonais, les renards sont également des créatures surnaturelles (connues sous le nom de kitsune) ayant la capacité de se transformer en forme humaine. Cependant, contrairement aux tanuki distraits, les kitsune sont généralement décrits comme plus spirituels, rusés et parfois malveillants. Les kitsune sont également des messagers (ou parfois une représentation) d’Inari, le dieu shintoïste du riz. Dans le film, un tanuki parvient à terrifier les humains qui prévoient de déplacer un sanctuaire en se faisant passer pour un renard blanc. Des statues de kitsune marquent les quelque 30 000 à 40 000 sanctuaires Inari extérieurs disséminés dans tout le Japon.
  • Les statues de pierre en lesquelles se transforment les Tanukis sont celles de Jizō, la divinité protectrice des voyageurs, des personnes condamnées à l’enfer et des âmes des fœtus mort-nés, avortés ou ayant fait une fausse couche. Les statues de bord de route sont un spectacle courant au Japon.
  • La plupart des personnages de la parade des monstres sont des Yōkai, des créatures issues du folklore japonais. Cependant, certains personnages d’autres films de Ghibli font des caméos, notamment Kiki de Kiki’s Delivery Service, Taeko Okajima de Only Yesterday, Porco Rosso de Porco Rosso, et Totoro de My Neighbor Totoro. Parmi les références Yōkai du film, on trouve la reprise d’une histoire intitulée La Mujina de la route d’Akasaka qui met en scène une noppera-bō, une femme sans visage. Il y a également un hommage au réalisateur Akira Kurosawa avec une brève apparition d’un mariage de renards très similaire à celui qui se produit dans l’épisode Sunshine through Rain de son film Dreams.
  • Les chansons qui apparaissent dans le film sont des chansons japonaises pour enfants, dont les paroles ont été modifiées pour l’effet. Certaines d’entre elles sont répétées avec des paroles différentes au cours du film. Certaines sont connues sous le nom de warabe uta, des chansons chantées dans le cadre de jeux d’enfants traditionnels, souvent avec des paroles incompréhensibles pour les Japonais modernes. (Les mélodies électroniques mélancoliques que diffusent de nombreux passages piétons japonais, dont un court extrait apparaît dans le film, sont un célèbre warabe-uta). Parmi les chansons qui apparaissent, citons :
  • Shojo-ji no tanuki-bayashi (La fête des tanuki au temple Shojo-ji), une chanson populaire écrite dans les années 1920 et basée sur un conte de fées traditionnel japonais.
  • Anta gata doko sa (Où est ta maison ?) – un uta warabe traditionnel chanté par les enfants en faisant rebondir une balle.
  • Conformément au folklore japonais, la version originale japonaise de Pom Poko faisait de nombreuses références aux testicules de raton laveur dans les chansons, les conversations et en relation avec la transformation. Toutes ces références ont été supprimées du doublage anglais, mais sont incluses dans leur intégralité sur la piste des sous-titres en anglais du DVD.
  • « Pom Poko » est un mot désignant le son du tanuki tsutsumi (tambour de tanuki) : Selon les légendes japonaises, un tanuki gonflait son ventre et le frappait avec ses pattes pour effrayer les voyageurs : pon poko pon poko pon.
  • Depuis quelques années, on observe plus souvent de vrais tanuki dans les zones urbaines. Cela est dû principalement à la destruction de leur habitat forestier naturel par des projets de développement comme celui montré dans ce film.
  • Tama Hills est une vaste zone de collines douces qui s’étend sur deux préfectures et de nombreuses villes sur le flanc sud-ouest de Tokyo. La majeure partie de cette zone est un patchwork de banlieues modernes et de forêts vallonnées. La ville nouvelle de Tama, où se déroule le film, est un véritable projet de développement résidentiel (le plus grand du Japon) construit en plusieurs phases à partir des années 1960, couvrant les villes de Tama, Machida, Inagi et Hachiōji (qui font toutes partie de Tokyo). Un autre film de Ghibli, Whisper of the Heart, se déroule au même endroit et partage certains des mêmes sous-entendus environnementalistes (bien que l’environnementalisme ne soit pas son thème principal).
  • La gare qui apparaît dans le film est la gare de Seiseki-Sakuragaoka sur la ligne Keiō, dans la ville de Tama, à Tokyo.
  • Pour effrayer le policier, plusieurs tanuki se transforment en noppera-bō, des yōkai qui peuvent faire disparaître leur visage.
  • Vers la fin du film, Bunta se compare à Urashima Tarō, un personnage du folklore qui, sauvant une tortue, est emmené dans un palais où il reste pendant ce qu’il croit être quelques heures mais qui était en réalité une centaine d’années.
  • Gonta et son armée sont tués par un dekotora, un camion décoré issu d’un engouement qui a traversé le Japon dans les années 1970, notamment après la série de films Truck Guys.
  • Lors de son anniversaire, Maître Hage se transforme en Nasu no Yoichi, un samouraï qui a combattu aux côtés du clan Minamoto lors de la guerre de Genpei. Comme il se doit, il est célèbre pour ses actions lors de la bataille de Yashima.

Dans les coulisses

Développement

(Takahata voulait initialement adapter Le Conte du Heike, mais Miyazaki travaillait déjà sur son propre jidaigeki).

Selon le site de fans français Buta Connection, après la sortie de Porco Rosso, Hayao Miyazaki et Toshio Suzuki se sont demandé quel serait le prochain projet d’animation du studio. Le cours de la pensée de Miyazaki était simple : « Maisa, maisa… Tanuki ! » (Cochon, cochon… Chien Raton !). Il décida donc qu’après un cochon, le prochain film mettrait en scène des tanuki (chien viverrin japonais) et qu’Isao Takahata en serait le réalisateur.

Lors d’une interview en 1996, Takahata a déclaré qu’il aurait aimé faire un film dont l’histoire se serait déroulée dans le Japon féodal, à l’époque des clans en guerre. Mais, faisant référence à Princesse Mononoké, il ajoutait : « Le problème, c’est que Miyazaki fait déjà une œuvre très similaire et je ne crois pas que le Studio Ghibli soit prêt à produire quelque chose de déjà vu… »

(Les tanukis de Pom Poko passent sans transition du dessin animé à des représentations plus réalistes. Leurs designs ont été inspirés par les mangas de Shigeru Sugiura)

Le jidaigeki (drame d’époque) que Takahata aurait voulu réaliser est Tale of the Heike, un récit épique de la guerre entre le clan Taira et le clan Minamoto pour le contrôle du Japon à la fin du XIIe siècle, lors de la guerre de Genpei (1180-1185). Au lieu de cela, le conflit n’est évoqué que dans Pom Poko. Takahata voit une filiation entre ces récits épiques et Pom Poko à travers ses aspects documentaires, l’ancrant ainsi dans la réalité. Le film se termine par un narrateur, qui nous raconte l’histoire de la résistance des tanuki contre les humains sur plusieurs années, avec parfois quelques répétitions, comme dans les grands contes d’antan.

L’idée d’un film sur les tanuki est venue de Miyazaki, sans être inspiré par un roman ou un manga en particulier. Dans cette optique, le célèbre auteur satirique Hisashi Inoue (qui avait déjà travaillé avec Miyazaki sur Le Monde merveilleux du Chat botté (1969)) a été contacté par Toshio Suzuki et Takahata après la sortie de Fukkoki (腹鼓記 , The Record of Belly Drum), son roman sur les tanukis publié par Shinchosha en 1985. La phrase publicitaire parue dans les journaux locaux à l’époque pour le roman était : « Les Tanuki sont humains ! ». Se déroulant à Shikoku (une région connue pour ses liens profonds avec les tanuki), le roman brouillait les frontières entre les tanuki et les humains.

(Ghibli a fait appel à l'auteur satirique Hisashi Inoue, qui a publié Fukkoki, un livre sur les tanukis).

Après une longue discussion sur le sujet, l’auteur a proposé plusieurs scénarios et idées auxquels Takahata a opposé un refus. Finalement, l’urbanisation dramatique et le manifeste politico-écologique sont devenus l’œuvre de la pensée et de la plume de Takahata : « Au Japon, la déforestation prive les tanuki de leur habitat naturel et pour ces animaux, c’est un vrai problème. C’est une tragédie. Un poème japonais d’il y a un siècle et demi dit : « Quel divertissement ! Mais, qui sait comment et qui sait quand, tout est devenu triste. »

Lors d’une interview de l’artiste Nanafuku Tamagawa dans l’émission de radio de Toshio Suzuki, il a déclaré que de nombreux acteurs de Pom Poko étaient basés sur l’histoire personnelle de Miyazaki et Takahata.

« Il serait intéressant que vous puissiez regarder (Pom Poko)… Comme vous le savez, Isao Takahata et Hayao Miyazaki ont tous deux travaillé dans une société d’animation appelée Toei Animation…
Ce film parle de Tanuki, mais aussi de l’histoire du peuple japonais et de celle de Toei Animation. En d’autres termes, presque tous les personnages qui y apparaissent sont des amis de Takahata et de Miyazaki !
C’est vrai. Je ne l’oublierai jamais. Lorsque le film sera terminé, Miyazaki sera à côté de moi, et Gonta sortira. C’est pourquoi Miyazaki dit immédiatement qu’il n’est pas comme ça, il n’est pas comme ça.
Le personnage principal, Shoukichi… C’est M. Takahata.

(Miyazaki avec sa femme, Akemi Miyazaki (Akemi Ota) et Takahata et sa femme Kanyoko. Ils ont contribué à inspirer deux personnages du film).

Suzuki a également ajouté qu’Okiyo, qui deviendra plus tard la femme de Shoukichi, est modelée d’après la femme de Takahata (Kayoko Takahata, 高畑 かよ子), et Otama, qui jouait la femme de Gonta, est modelée d’après la femme de Hayao, Akemi Miyazaki. Miyazaki aurait pleuré tout au long du film lorsqu’il a vu la projection en avant-première, et Suzuki a pensé que la raison en était : « Il a probablement vu sa jeunesse dans le film. »

Le titre Pom Poko vient de Takahata, la transcription du son émis par leur estomac lorsque les tanuki les frappent. Cette idée a toujours déplu à Miyazaki, qui la trouvait trop vulgaire et triviale. Il est même allé jusqu’à en parler à Inoue pour qu’il intercède en sa faveur auprès de Takahata. Mais le réalisateur, soutenu par Suzuki, ne cède pas. Le choix de ce titre est en fait révélateur de la profonde réflexion de Takahata sur ses films. Derrière l’apparente bonhomie du titre se cache une œuvre profonde et complexe, qui rejette l’idée d’héroïsme en choisissant un récit collectif, et qui ne symbolise rien d’autre que la lutte des tanuki pour leur survie.

Production

(Un livre rassemblant les planches d'images du film).

Dans Pom Poko, la plupart des animations ont été réalisées par la jeune équipe qui avait déjà travaillé sur Only Yesterday. Miyazaki est à nouveau producteur sur le film et semble avoir trouvé la formule pour galvaniser son équipe de production de tanuki.

La direction artistique assurée par Kazuo Oga, dans la même veine qu’Only Yesterday, a permis de réaliser la verdure luxuriante des collines de Tama. Yoshiyuki Momose a de nouveau été engagé pour travailler aux planches d’images et à la composition de l’écran, tandis que Shinji Ôtsuka était chargé de la direction de l’animation et du design des personnages. L’animation vue lors de la métamorphose des tanuki offrait des possibilités comiques inépuisables. Le défilé des Yôkai, créatures surnaturelles du folklore japonais, est l’exemple parfait pour observer la fidélité méticuleuse des représentations du bestiaire fabuleux du pays et la très grande précision des références culturelles en général. Plusieurs personnages Ghibli font une apparition dans cette scène charnière, notamment Kiki, Porco Rosso et même Totoro.

Isao Takahata s’est inspiré du travail d’un spécialiste en la matière, le célèbre dessinateur et mangaka Shigeru Mizuki, maître incontesté de l’horreur au Japon et auteur de GeGeGe no Kitarō, avec plus de 2 000 illustrations de monstres et autres esprits. Takahata avoue ne jamais l’avoir rencontré, mais admire néanmoins le travail de ce grand dessinateur, qui, comme le studio, possède son propre musée au Japon. Takahata, Miyazaki et Suzuki se sont également inspirés des rendus cartoonesques des tanuki de Shigeru Sugiura, comme on peut le voir dans son manga Sugiura Danuki (杉浦だぬき) publié en 1958 par Shueisha. L’œuvre de Sugiura a influencé de nombreux artistes, dont Fujio Akatsuka, Hayao Miyazaki, Tadanori Yokoo et Haruomi Hosono.

Le film est remarquable pour sa représentation désinvolte de la mort, notamment lors de la première bataille où les actions des tanukis entraînent la mort de trois ouvriers. Selon Takahata, « des gens sont réellement morts dans cet accident. L’interprétation est qu’il est tout à fait possible de l’attribuer à l’action des Tanukis, et qu’à l’époque, les spectateurs occasionnels n’auraient pas sympathisé avec le conducteur en regardant l’incident aux informations. C’est vrai. » Takahata voulait montrer l’indifférence des gens face à ces incidents, et le fait que malgré les actions de plus en plus désespérées des Tanukis pour se débarrasser des humains, l’urbanisation de leur territoire ne s’arrête pas. Takahata a même inclus des scènes où les tanukis prient pour les âmes des humains tués, mais l’un d’eux finit par rire au milieu de la prière. Takahata applique ainsi le relativisme moral aux humains et aux tanukis, sans qu’aucun côté ne soit vraiment mauvais ou bon.

La fin du film est similaire à celle de Grave of the Fireflies de Takahata, puisque la caméra passe du terrain de golf où les tanukis se sont rassemblés au ciel nocturne, contrastant ainsi le paysage du passé avec un paysage urbain moderne. C’était intentionnel, comme le dit Takahata :  » Je me suis demandé à quel point un terrain de golf est laid. C’est évident vu du ciel dans un avion. » En d’autres termes, le terrain de golf où les tanukis dansaient joyeusement est un endroit où les humains ont arbitrairement remodelé la nature à leur convenance. Ce serait le douloureux rappel de Takahata de l’amère réalité.

La période de production a commencé le 17 août 1992 et s’est achevée le 13 juin 1994. Après vingt mois de production et 82 289 feuilles de dessin, le film est terminé et sort au Japon le 16 juillet 1994. Ce fut un énorme succès, le plus grand du Studio Ghibli à l’époque, et se classa numéro 1 au box-office japonais de cette année-là. (juste après Le Roi Lion).

Promotion

(La couverture d'août 1994 du magazine Moe avec Pom Poko)

Fort de ce succès et de ses qualités, Pom Poko est choisi pour représenter le Japon aux Academy Awards dans la catégorie du meilleur film étranger. Sa carrière internationale ne s’arrête pas là puisqu’il remporte l’année suivante le prix du long métrage au Festival d’Annecy. Depuis cette date, l’œuvre attend d’être distribuée en France et ailleurs et n’a malheureusement connu que des projections dans des festivals. Ce n’est que près de 11 ans plus tard, après le succès des films de Miyazaki, que Buena Vista (Disney) sort le film de façon anonyme.

La sortie

(Conférence de presse de Pom Poko, avec le propriétaire de Ghibli, Yasuyoshi Tokuma, et les fondateurs Isao Takahata et Hayao Miyazaki).

Le film a été projeté dans 237 cinémas au Japon le 16 juillet 1994, et a connu un succès retentissant, rapportant à la Toho un revenu de distribution de 2,6 milliards de yens au box-office. Il est sorti en même temps que le Toei Anime Fair du printemps 1994, qui présentait des films de franchises telles que Dragon Ball Z, Slam Dunk et Dr. Slump.

Il est sorti en DVD le 16 août 2005 en Amérique du Nord par Walt Disney Studios Home Entertainment avec Mes voisins les Yamadas. Optimum Releasing a sorti le film en DVD au Royaume-Uni, un an plus tard. Disney a sorti un disque Blu-ray le 3 février 2015. GKIDS a réédité le film en Blu-ray et DVD le 6 février 2018, dans le cadre d’un nouvel accord avec le Studio Ghibli.

Musique

(La bande originale officielle de Pom Poko contenait des prestations de Shang Shang Typhoon, un groupe qui mêle musique d'Okinawa, chant min'yo et autres éléments japonais. Leur premier album est sorti en 1990, et ils ont continué à produire de la musique jusqu'en 2013, lorsque leur chanteur principal Koryu s'est retiré en raison de complications de santé).

Pom Poko Soundtrack (平成狸合戦ぽんぽこ サウンドトラック , Heisei Tanuki Gassen Pompoko Saundotorakku) est sorti le 16 juillet 1994, par Tokuma Japan Communications et a coûté 2 913 ¥. L’album contient des compositions de Koryu, Manto Watanobe, Yoko Ino, Masaru Goto, Ryojiro Furusawa et a été interprété par Yakusa Gakudan et Shang Shang Typhoon. Il a été réédité le 21 avril 1997.

Pom Poko (Image Album) (平成狸合戦ぽんぽこ イメージアルバム , Heisei Tanuki Gassen Pompoko Imeeji Arubamu) est l’album d’images du film, qui contient des pistes exploratoires des thèmes musicaux du film, souvent basées sur les premières notes et planches d’images du réalisateur. Il a été publié le 25 juin 1994 par Tokuma Japan Communications et a coûté 2 857 ¥.

Pom Poko Love Theme – In This Town of Asia ぽんぽこ愛のテーマ アジアのこの街で , Pompoko Ai no Teema Ajia no Kono Machi de) est l’album de singles qui contenait la chanson thème du film, dont Itsudemo Dareka ga de Shang Shang Typhoon. Il a été publié au format Mini-CD par Epic Sony Records.

Pom Poko (version dramatique) (平成狸合戦ぽんぽこ ドラマ編 , Heisei Tanuki Gassen Pompoko Dorama Hen) est un album dramatique spécial sorti le 25 septembre 1994 par Tokuma Japan Communications. Il contient des extraits audio du film et comprend des titres tels que L’étude de la métamorphologie, La saison de l’amour et Opération Spectre.

RôleJaponaisAnglais
NarrateurKokontei Shincho
Maurice LaMarche
Deuxième ivrogneInconnuMaurice LaMarche
ShoukichiMakoto Nonomura
Jonathan Taylor Thomas
OkiyoIouriko Ishida Jillian Bowen
SeizaemonNorihei MikiJ.K. Simmons
Boule de feuNijiko Kiyokawa Tress MacNeille
GontaShigeru Izumiya Clancy Brown
Inugami GyobuGannosuke AshiyaJess Harnell
BuntaTakehiro Murata Kevin Michael Richardson
Président de WonderlandTakehiro Murata Kevin Michael Richardson
Kinchō Daimyōjin VIBeicho KatsuraBrian George
Yashimano HageBeicho KatsuraBrian George
OshoKosan YanagiyaAndré Stojka
Abbé TsurugameKosan YanagiyaInconnu
TamasaburoAkira Kamiya Wally Kurth
SasukeMegumi Hayashibara Marc Dontana
RyutaroAkira Fukuzawa John DiMaggio
Premier ivre InconnuJohn DiMaggio
HayashiOsamu KatoBrian Posehn
KoharuYorie Yamashita Olivia d’Abo
PonkichiShôzô HayashiyaDavid Oliver Cohen

Voix supplémentaires

  • Original : Rei Sakuma, Minoru Yada, Yorie Yamashita
  • Anglais : Newell Alexander, Erica Beck, Jeff Bennett, Reeve Carney, Mitch Carter, David Cowgill, Holly Dorff, Ike Eisenmann, Zac Gardner, Richard Steven Horvitz, Sherry Hursey, Hope Levy, Mary Mouser, Jordan Orr, Peter Renaday, Philece Sampler, Mark Silverman, Alyson Stoner, Audrey Wasilewski, Adam Wylie
CréditsÉquipe
Réalisateur, Scénario & DialoguesIsao Takahata
StoryboardShinji Ôtsuka, Yoshiyuki Momose
Directeur de l’animation, Character DesignShinji Otsuka
Directeur du sonYasuo Uragami
Producteur exécutifRitsuo Isobe, Seiichiro Ujiie, Yasuyoshi Tokuma
Conception visuelleYoshiyuki Momose
ProducteurToshio Suzuki
Animation cléAtsuko Otani, Atsuko Tanaka (Telecom Animation Film), Hideaki Yoshio, Hiroaki Noguchi (Telecom Animation Film), HIroko Minowa, Hiroomi Yamakawa, Hiroshi Shimizu, Katsuya Kondo, Kazuhide Tomonaga (Telecom Animation Film), Kenichi Konishi, Kenichi Yoshida, Kitaro Kousaka, Koichi Suenaga (Telecom Animation Film), Kuniyuki Ishii, Makiko Futaki, Masaaki Endou, Masako Shinohara, Masaru Matsuse, Masashi Ando , Masayuki Kobayashi, Nobuo Tomizawa (Telecom Animation Film), Noriko Moritomo, Osamu Tanabe, Shinji Otsuka, Shougo Furuya, Takehiro Noda, Takeshi Inamura, Teiichi Takiguchi (Telecom Animation Film), Toshio Kawaguchi, Tsutomu Awada, Yoshifumi Kondō
Vérification de l’animationHitomi Tateno, Rie Fujimura, Rie Nakagome
Animation intermédiaireKomasa, Akihiko Adachi, Akiko Matsushima, Akiko Teshima, Atsuko Matsushita, Eiji Yamamori, Eiko Miyabayashi, Emiko Iwayanagi, Eriko Shibata, Hiroyuki Inoue, Hisako Sueda, Ikuo Kuwana, Katsutoshi Nakamura, Kazuko Shibata, Kazumi Sakai (Telecom Animation Film), Kazumi Yokoyama, Kazuyoshi Onoda, Keiko Yozawa (Telecom Animation Film), Kenichi Ohki (Telecom Animation Film), Kenichi Yamada, Kiyoko Makita, Kumi Horii, Kumiko Ohta, Kuri Sawa, Makiko Suzuki, Mariko Matsuo, Mariko Suzuki, Masae Tomino (Telecom Animation Film), Masako Sakano, Masaru Kimura (Telecom Animation Film), Masaya Saito, Maya Fujimori (Telecom Animation Film), Mayu Yazawa (Telecom Animation Film), Mayumi Ohmura, Mayumi Shoji (Telecom Animation Film), Mayumi Yamamoto, Michiko Okada, Misuzu Kurata, Miyuki Goto (Telecom Animation Film), Natsuko Takahashi (Telecom Animation Film), Nobuko Sato, Reiko Mano, Rie. Kondo, Ritsuko Shiina, Seiko Higashi, Shinobu Tsuneki, Shinsaku Sasaki, Sumie Nishido, Takahiro Suzuki (Telecom Animation Film), Tsuyoshi Konakawa, Yōko Nagashima, Yukari Yamaura, Yukiko Shimizu (Telecom Animation Film), Yumiko Ito, Yumiko Kitajima
Arrière-planAkira Yamakawa, Katsu Hisamura, Kiyomi Oota, Kyōko Naganawa, Naomi Kasugai, Naoya Tanaka, Ryoko Ina, Satoshi Kuroda, Sayaka Hirahara, Seiki Tamura, Youji Takeshige
Vérification de l’animationHitomi Tateno, Rie Fujimura, Rie Nakagome
Superviseur d’animationHIroko Minowa (assistante), Megumi Kagawa, Shinji Otsuka, Toshio Kawaguchi (assistante)
Conception des couleursMichiyo Yasuda
Arrière-planAkira Yamakawa, Katsu Hisamura, Kiyomi Oota, Kyōko Naganawa, Naomi Kasugai, Naoya Tanaka, Ryoko Ina, Satoshi Kuroda, Sayaka Hirahara, Seiki Tamura, Youji Takeshige
Soutien techniqueMasanori Michiie, Mikio Mori (Continental Far East, Inc.), Yoshiro Saito
Effets spéciauxKaoru Tanifuji, Kunji Tanifuji, Setsuko Tamai, Tomoji Hashizume
Comité de productionAkio Ichimura (Studio Ghibli), Akira Kaneko (Tokuma Shoten), Hatsuhiko Sawada (Hakuhodo), Hidehiko Takei (NTV), Hiroshi Morie (Hakuhodo), Hiroshi Takahashi (NTV), Hisae Kawai (Tokuma Shoten), Hisaomi Saito (Hakuhodo), Masahiko Nishizawa (Tokuma Shoten), Naoya Fujimaki (Hakuhodo), Nobuko Suzuki (Hakuhodo), Ryoko Tsutsui (Tokuma Shoten), Seiji Okuda (NTV), Seiji Urushido (NTV), Shigeru Kobayashi (Studio Ghibli), Shigeru Ohno, (Hakuhodo), Shokichi Arai (Studio Ghibli), Sue Fujimoto (NTV), Tetsuhiko Yoshida (Tokuma Shoten), Tomoki Horaguchi (Studio Ghibli), Toshio Hagiwara (NTV), Tsutomu Otsuka (Tokuma Shoten), Yoshiko Yamauchi (Studio Ghibli), Yukari Yanagisawa (Studio Ghibli)
Remerciements spéciauxHiroshi Ikeda, Hisashi Inoue, Kame Saito, Katsura Yamada (Chihitsudo Bunko), Noriko Kuwahara, Noriko Tatematsu, Norio Kobayashi, Shigeru Mizuki, Shigeru Sugiura, Shinichi Inagaki, Shunzo Yokokura, Takeo Nagai, Yuki Sato
MusiqueShang Shang Typhon
TitresAkira Michikawa, Kaoru Mano

Les œufs de Pâques

  • Pendant la scène où les Tanuki effectuent le premier test de leurs capacités, ils passent devant une librairie : dans la vitrine de cette librairie se trouve une affiche d’Ocean Waves, sur laquelle figure Rikako.
  • La séquence de l’Opération Spectre comprend un certain nombre de camées d’autres personnages de Ghibli :
  • l’avion rouge de Porco Rosso
  • Kiki sur son balai
  • Totoro volant sur sa toupie en tenant le parapluie de M. Kusakabe
  • Taeko de Only Yesterday nageant dans les airs.

Produits connexes

Vidéo maison

  • Heisei Tanuki Battle Pompoko VHS – Tokuma Shoten (1 janvier 1995)
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko LD –Tokuma Shoten (19 juin 1997)
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko VHS – Buena Vista Home Entertainment (26 décembre 1998)
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko DVD –Buena Vista Home Entertainment (18 décembre 2002)
  • Blu-ray Disc Heisei Tanuki Battle Pompoko -Walt Disney Studios Japan (6 novembre 2013)

Publication

  • Scénario Heisei Tanuki Battle Pompoko (Studio Ghibli / Tokuma Shoten, 30 juin 1994) ISBN 4-19-860115-1
  • Bodai Mochiyama Manpukuji Main Hall Hane Itano Mischief-All Natural Color Cartoon Movie « Heisei Tanuki Battle Pom Poko » Image Board Collection (Studio Ghibli, Tokuma Shoten, 31 juillet 1994) ISBN 4-19-860144-5
  • Heisei Tanuki Battle Pom Poko (This is Animation) ( Shogakukan, 1er septembre 1994) ISBN 4-09-101540-9
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko (Tokuma Anime Picture Book) (Tokuma Shoten, 30 septembre 1994) ISBN 4-19-860170-4
  • Heisei Tanuki Battle Pom Poko-Film Comic (1) (Tokuma Shoten , 30 octobre 1994) ISBN 4-19-770017-2
  • Heisei Tanuki Battle Pom Poko-Film Comic (2) (30 octobre 1994) ISBN 4-19-770018-0
  • Heisei Tanuki Battle Pom Poko-Film Comic (3) (30 novembre 1994) ISBN 4-19-770023-7
  • Bande dessinée Poko-Film Heisei Tanuki Battle Pom (4) (30 novembre 1994) ISBN 4-19-770024-5
  • Collection de documents relatifs aux œuvres du Studio Ghibli V (Studio Ghibli Tokuma Shoten, 28 février 1997) ISBN 4-19-860660-9
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko (Studio Ghibli Storyboard Complete Works 9) (Studio Ghibli Tokuma Shoten, 30 novembre 2001) ISBN 4-19-861451-2
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko (Cinema Comic 8) ( Bungei Shunju < Bungei Ghibli Bunko >, janvier 2015) ISBN 4-16-812107-0
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko (Manuel Ghibli 8) (Edition Studio Ghibli, Bungei Shunju , janvier 2015) ISBN 4-16-812007-4

Musique

  • Heisei Tanuki Battle Pom Poko Image Album Tokuma Japan Communications ((Reissue CD / 21 avril 1997) TKCA-71140 (Edition originale / 25 juin 1994))
  • Piste sonore de la bataille de Tanuki Pompoko de Heisei Tokuma Japan Communications ((Réédition CD / 21 avril 1997) TKCA-71140 (Édition originale / 16 juillet 1994))
  • Heisei Tanuki Battle Pompoko Edition dramatique Tokuma Japan Communications (25 septembre 1994) TKCA-71140
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison gratuite

sans minimum d'achat

Service Français

Une question ? contactez nous !

Livraison hors France

Livraison dans le monde entier

Paiement 100% sécurisé

PayPal / MasterCard / Visa